•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cercle de feu : Cliffs met son projet en veilleuse

Cercle de feu
Radio-Canada

Des centaines d'emplois sont en jeu dans le Nord de l'Ontario, alors que la compagnie minière américaine Cliffs Natural Resources a suspendu l'étude d'impact environnemental sur son projet d'extraction de chromite dans la région du Cercle de feu. L'entreprise voulait aussi ouvrir une fonderie à Sudbury.

Le Cercle de feu pourrait renfermer des gisements de chromite et d'autres minerais comme le cuivre parmi les plus importants au monde. 

Dans un communiqué, Cliffs indique, toutefois, que son projet a subi de nombreux délais. La compagnie cite un recours judiciaire de Premières Nations, qui rend incertaine l'issue de l'évaluation environnementale du fédéral.

Trop de questions demeurent sans réponse. 

Bill Bloor, vice-président de Cliffs Natural Resources
plan du scénario de la minièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le plan du scénario de la minière américaine Cliffs Natural Resources à Sudbury

Photo : Cliffs Natural Resources

La minière ajoute que les procédures d'approbation de l'évaluation environnementale de la province traînent également, tout comme la négociation de différentes ententes avec le gouvernement ontarien.

La chromite sert à fabriquer de l'acier inoxydable.

Cliffs avait déjà averti le mois dernier que le projet pourrait être compromis. Le nouveau ministre des Mines, Michaelle Gravelle, demeurait alors optimiste. Il affirme maintenant « qu'on veut bien faire les choses », en réponse aux critiques de la compagnie.

Le NPD y voit plutôt le résultat de la « mauvaise gestion » du gouvernement qui met en péril des « milliers d'emplois et des milliards de dollars en retombées économiques ». Selon les néo-démocrates, le Cercle de feu a besoin d'infrastructures, comme des routes, et de tarifs d'électricité moins élevés pour se développer.

Déception à Greenstone

Pour le maire de Greenstone, la ville située la plus près du gisement, cette annonce est décevante. Mais Rénald Beaulieu garde toutefois espoir de voir les promesses d'emplois se concrétiser.

« Je crois que ça fait partie d'une stratégie. Il va falloir que le gouvernement provincial et toutes les parties impliquées mettent la main à la pâte si on veut réaliser le projet », estime le maire.

Contrairement au Québec qui a son plan Nord, l'Ontario n'a pas de programme de développement précis du Cercle de feu, même si la première ministre Kathleen Wynne dit qu'il s'agit d'une priorité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Métaux et minerais

Économie