•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services à l'emploi : les Franco-Colombiens obtiennent les fonds pour une poursuite 

Un centre francophone en Colombie-Britannique

Radio-Canada

La Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB) a obtenu une aide financière du Programme d'appui aux droits linguistiques.

L'argent lui permettra de payer des avocats pour un recours judiciaire contre le ministère des Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC).

La FFCB se plaint de l'érosion des services à l'emploi en français depuis qu'Ottawa a pris la décision, en 2008, de confier ces prestations à la province, qui les a ensuite déléguées à des fournisseurs de services.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a ensuite informé cinq centres d'aide à l'emploi qui offraient des services en français qu'ils devaient fermer leurs portes en 2011, dont les bureaux à Kelowna, Penticton, Prince George et Vancouver.

La province précisait que leurs coûts d'exploitation étaient trop élevés. La Fédération estime quant à elle que le gouvernement doit garder ces centres ouverts en raison de la Loi sur les langues officielles.

La présidente de la FCCB affirme qu'il s'agit d'un dernier recours après que l'organisme eut tenté sans succès de négocier avec les deux gouvernements pour améliorer les services.

Il n'y a jamais eu d'ouverture ou de prise en considération des différents arguments qu'on faisait valoir ou des propositions de modèles qu'on faisait valoir auprès de la province ou du fédéral.

France-Emmanuelle Joly, présidente, FCCB

Le recours doit être lancé d'ici le 24 juin.

Rapport accablant du commissaire aux langues officielles

Le Commissariat aux langues officielles du Canada a par ailleurs effectué sa propre enquête sur le sujet après avoir reçu quatre plaintes visant le RHDCC.

L'organisme constate dans son rapport que « les clients désirant obtenir des services en français doivent inévitablement surmonter des barrières linguistiques qui n'existent pas pour des clients qui préfèrent obtenir leur service en anglais ».

Il recommande au RHDCC de s'assurer que les centres d'emplois en Colombie-Britannique offrent des services en français en tout temps et que des mécanismes de surveillance soient mis en place d'ici le 31 octobre 2013.

Le gouvernement fédéral dit étudier le rapport, et qu'il y répondra dans les délais prescrits.

La province n'a pas répondu aux demandes d'entrevues de Radio-Canada.

Le Commissariat fera un suivi de ces recommandations en novembre 2013.


Recours judiciaire : entrevue avec France-Emmanuelle Joly, dg de la FFCB.

Voyez également notre reportage du 9 juin : 

Aide à l’emploi : la FFCB entend poursuivre Ottawa

Colombie-Britannique et Yukon

Société