•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Petronas table sur le gaz naturel canadien

Tours de Petronas à Kuala Lumpur

Tours de Petronas à Kuala Lumpur (archives)

Photo : AFP / Tours de Petronas à Kuala Lumpur

Radio-Canada

Le géant malaisien Petronas pourrait dépenser jusqu'à 16 milliards de dollars américains pour construire des installations d'exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) dans l'Ouest canadien.

Le vice-président de la planification corporative à Petronas, Arif Mahmoud, a indiqué que l'entreprise dépenserait entre 9 milliards et 11 milliards de dollars pour construire deux usines de liquéfaction du gaz naturel.

Un autre 5 milliards de dollars sera consacré à un oléoduc de 750 kilomètres qui doit être construit par TransCanada (TSX:TRP (Nouvelle fenêtre)) afin d'alimenter les usines en gaz.

Ces détails sont contenus dans un courriel transmis mardi à Associated Press.

Le projet de gaz naturel liquéfié Pacific Northwest, sur l'île Lelu dans le district de Port Edward, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique, liquéfiera et exportera du gaz naturel produit par Progress Energy Canada. Les deux entreprises appartiennent à Petronas. La japonaise Japan Petroleum Exploration s'est déjà engagée à acheter le GNL produit par les nouvelles installations.

Une économie plus forte

La liquéfaction de gaz naturel est un enjeu de taille pour la première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, qui s'est engagée à poursuivre son extraction lors des dernières élections provinciales. Elle a même créé vendredi un nouveau portefeuille du Gaz naturel qu'elle a confié à son vice-premier ministre, Rich Coleman.

Le développement de cette ressource permettrait, selon Mme Clark, de déverser 2 milliards de dollars chaque année dans les caisses de l'État et de renforcer la croissance économique.

« Le prix du gaz naturel a plus de valeur pour nous en Asie qu'en Amérique du Nord », avait-elle déclaré au moment de lancer son plan de construction d'usines de GNL à Kitimat.

Le GNL est un gaz naturel devenu liquide après avoir été refroidi à une température d'environ moins 160 degrés Celsius. Ce liquide peut ensuite être transporté à bord de méthaniers qui traversent les océans avant d'être gazéifiés de nouveau dans leurs ports d'arrivée.

Le reportage de Samuel Danzon-Chambaud.

Avec les informations de Associated Press, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie