•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un drone commandé par la pensée

Un drone

Photo : Université du Minnesota

Radio-Canada

Vous ne pensiez pas voir des humains contrôler des objets grâce à leurs pensées de votre vivant? Eh bien la fiction rattrape de plus en plus la réalité au laboratoire d'ingénierie médicale de l'Université du Minnesota.

Le Pr Bin He et son équipe sont parvenus à télécommander un petit drone grâce à un casque qui enregistre les ondes cérébrales.

Ils en ont fait la démonstration dans un gymnase. Le robot répond aux commandes cérébrales d'un « pilote » qui, grâce à sa pensée, le fait monter, descendre, tourner, ou rester immobile.

Le casque de pilotage qui permet ce téléguidage est muni de 64 électrodes qui enregistrent l'activité neuronale de celui qui le porte.

Une précision inégalée

Le drone vole

Photo : Université du Minnesota


Ce n'est pas la première fois qu'un objet est contrôlé par la pensée. En août 2011, une équipe de l'Université de Chicago avait fait la démonstration d'une prothèse de bras articulée, actionnée par la pensée. Un autre « drone », conçu en Chine celui-là, a été présenté l'an dernier.

Ces technologies n'étaient toutefois en rien comparables avec la présente invention qui permet un contrôle plus fin dans les trois dimensions. Par exemple, le robot volant peut passer au travers une série d'anneaux à différentes altitudes dans le gymnase. Pour l'heure, environ 90 % des obstacles placés sur sa trajectoire sont évités.

Du cerveau à la machine

Une interface neuronale directe en trois dimensions est utilisée dans la conception du robot. Cette interface de communication entre le cerveau et l'ordinateur de vol du robot fonctionne grâce à meilleure compréhension de la géographie du cortex moteur. Cette partie du cerveau intervient dans la planification, le contrôle et l'exécution des mouvements.

Ainsi, lorsque quelqu'un se déplace ou pense à le faire, les neurones dans le cortex moteur produisent de faibles courants électriques. Le fait de penser à un mouvement différent active un nouvel assortiment de neurones.

La cartographie de cette zone a permis aux chercheurs d'optimiser la conception du système de contrôle de vol des objets en temps réel grâce à la pensée d'un mouvement.

Un jour ou l'autre, ces travaux permettront à des personnes paralysées ou amputées, par exemple, de déplacer des objets de façon autonome.

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Neural Engineering.

La vidéo qui suit explique en anglais la présente percée.

Science