•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de codéine pour les enfants de moins de 12 ans

Un enfant prend du sirop

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Santé Canada recommande de ne plus utiliser les médicaments contenant de la codéine chez les enfants de moins de 12 ans.

Les experts de l'organisme ont examiné l'innocuité des antidouleurs et des médicaments contre la toux sur ordonnance. Ils affirment avoir découvert des cas très rares d'effets secondaires graves et même de décès chez des enfants attribuables à la codéine donnée directement ou ingérée dans le lait maternel.

L'étiquette des médicaments vendus sans ordonnance qui contiennent de la codéine indique déjà que ces produits ne doivent pas être administrés aux enfants.

Le danger
La codéine est convertie en morphine par le foie, ce qui permet d'atténuer la douleur. Toutefois, chez certaines personnes, le métabolisme convertit trop rapidement la codéine en morphine, ce qui mène à une accumulation dangereuse de cette dernière, et ce, même lorsque la codéine est utilisée à des doses normalement recommandées. C'est particulièrement le cas pour les nourrissons et les jeunes enfants.

La prise de produits qui contiennent de la codéine peut donc mener à une surdose de morphine chez ces personnes.

En outre, Santé Canada souligne que d'autres facteurs, notamment l'ablation des amygdales, peuvent augmenter le risque d'effets secondaires connus de la codéine, comme le ralentissement de la respiration. D'ailleurs, un article publié dans la revue Pediatrics en 2012 mentionnait qu'il était préférable d'éviter de prescrire des antidouleurs à base de codéine aux jeunes enfants qui viennent de subir une chirurgie à l'oreille, au cou ou à la gorge.

Les réactions toxiques à la codéine :

  • Étourdissements;
  • Confusion;
  • Somnolence extrême;
  • Difficultés respiratoires.

Contexte

En 2008, Santé Canada avisait le public du risque lié à l'allaitement des nourrissons par les mères qui présentent un métabolisme ultrarapide de la codéine. L'étiquette des produits en vente libre et sur ordonnance contenant de la codéine a alors été mise à jour afin de souligner les risques pour les personnes qui présentent un métabolisme ultrarapide de la codéine.

En 2010, un éditorial du Journal de l'Association médicale canadienne lançait une mise en garde contre la codéine, un antidouleur souvent considéré comme sécuritaire, et qui pourtant peut être mortellement toxique même à des doses recommandées.

Santé