•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réforme de l'enseignement en Ontario crée du mécontentement

Les élèves de 5e année de l'École élémentaire catholique des Voyageurs, à Ottawa, écrivent une lettre au premier ministre Harper.

Radio-Canada

Des enseignants et des étudiants de l'Ontario réagissent mal à l'intention du gouvernement de réduire de moitié le nombre de diplômés en enseignement et de rendre leurs études plus longues.

Le gouvernement souhaite ainsi faire diminuer le nombre de jeunes enseignants qui n'arrivent pas à se trouver un emploi dans leur domaine. Les nouvelles mesures ont été annoncées mercredi matin par la ministre de l'Éducation, Liz Sandals, et le ministre de la Formation des Collèges et Universités, Brad Duguid.

Les ministres Liz Sandals et Brad DuguidAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre de l'Éducation, Liz Sandals, et le ministre de la Formation des Collèges et Universités, Brad Duguid, ont annoncé la réduction du nombre de diplômés dans une école publique de Toronto.

Photo : Laurence Martin

Le gouvernement conserverait à 9000 le nombre de places disponibles dans les programmes de formation. Cependant, les étudiants devraient compléter une formation de deux ans au lieu d'un programme d'une seule année. Ces changements ramèneraient le nombre de diplômés à 4500 par cohorte.

Les changements entreraient en vigueur en septembre 2015.

L'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO) croit que les écoles de langue française pourraient être pénalisées par ces nouvelles politiques. « Ajouter deux ans à la formation, pour un total de six ans, rend la profession beaucoup moins attrayante », croit le président de l'AEFO, Carol Jolin.

M. Jolin soutient également la réforme créera une pénurie d'enseignants dans le domaine des métiers puisque les professionnels ne seront plus tentés de prendre deux ans pour suivre une formation en enseignement.

Ça n'aidera pas les écoles secondaires à recruter des gens dans le domaine des métiers.

Carol Jolin, président, AEFO

Plusieurs associations étudiantes déplorent aussi le coût qu'entraînera l'ajout d'une année de scolarité sur l'endettement des diplômés.

En ce moment, pour enseigner, les Ontariens doivent être agréés par l'Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario et avoir suivi un programme de formation à l'enseignement d'une année.

La province désire également que les enseignants ontariens restent compétitifs par rapport à ceux des autres provinces et de l'étranger.

La porte-parole de l'Ordre, Gabrielle Barkany, affirme que l'organisme accueille favorablement les changements annoncés. Elle souligne que le programme en Éducation sera semblable à ceux des autres provinces.

Selon les statistiques, le taux de chômage des nouveaux enseignants en Ontario était de 37 % en 2012.

L'Université d'Ottawa n'a pas réagi à cette réforme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Éducation