•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vérificateur général critique les soins à domicile

Soins à domicile

Soins à domicile

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que le gouvernement de Pauline Marois songe à prendre le virage des soins à domicile avec l'instauration de l'assurance autonomie, un rapport du vérificateur général souligne les importantes lacunes de ce type de services offerts aux personnes âgées en perte d'autonomie.

Déposé mercredi à l'Assemblée nationale, le rapport du vérificateur général par intérim, Michel Samson, dresse une longue liste de lacunes dans la prestation des services :

  • Contrôle de qualité insuffisant
  • Absence de normes nationales
  • Services inégaux d'un établissement à un autre
  • Évaluation des besoins inadéquate
  • Délais trop longs

De plus, le rapport stipule que les professionnels consacrent très peu de temps, sur l'ensemble de leur période de travail, au domicile des personnes âgées dans les trois centres de santé et de services sociaux visités, soit : Ahuntsic et Montréal-Nord, Gatineau et Sud de Lanaudière. Les intervenants psychosociaux passent en moyenne 11 % de leurs heures travaillées au domicile de leurs clients. Cette proportion oscille de 17 à 43 % pour les soins infirmiers et de 3 à 55 % pour les services d'ergothérapie.

Malgré l'investissement de sommes importantes - 2,3 milliards de dollars en hébergement et 500 millions de dollars en services directs - un sérieux redressement reste à faire, soutient M. Samson. « Il y a des sommes très importantes dans ce domaine-là, mais il y a des lacunes majeures. Les personnes âgées en perte d'autonomie sont une population vulnérable et il y a un coup de barre à donner », a-t-il déclaré en conférence de presse.

Un tableau tiré du rapport du vérificateur général du QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un tableau tiré du rapport du vérificateur général du Québec

Les délais d'attente peuvent atteindre jusqu'à 1000 jours, soit près de trois ans, avant de recevoir de l'aide à domicile pour certains services.

L'état des services à domicile au Québec est le fruit de plusieurs années de laisser-aller, selon M. Samson.« Au fil du temps, on n'a peut-être pas fait tout l'encadrement ou l'établissement des normes comme on aurait dû le faire, ce qui a amené chaque région à fonctionner un peu à sa façon avec les résultats, malheureusement, qu'on a présentement. »

Le vérificateur général vient confirmer ce que moi j'observe depuis des années, des dizaines d'années.

Une citation de :Réjean Hébert, ministre de la Santé et des Services sociaux

« C'est pour ça qu'on a mis en place ce processus visant à implanter une assurance autonomie au Québec, de façon à ce qu'on puisse avoir une couverture de financement public et une gestion publique des soins à domicile », a expliqué le ministre Hébert.

L'instauration de l'assurance autonomie, à compte de 2014, permettra de redresser la situation, selon le ministre Hébert. « Les CSSS vont être responsables d'établir des standards, au niveau de la qualité des services, peu importe le prestataire, explique-t-il. Les CSSS vont être responsables de faire respecter les standards, mais ce seront des standards nationaux. »

Le président de l'Association des droits des retraités (AQDR), Louis Plamondon, estime que le rapport du vérificateur arrive à point nommé. « On voit qu'il y a urgence pour une intervention, la situation est très grave dans l'ensemble de la province », avance le président de l'AQDR, qui milite pour une réorganisation du réseau.

Le vérificateur général écorche également Revenu Québec pour sa gestion des dossiers de non-production des déclarations d'impôt dans un autre chapitre de son rapport. Il critique le choix des stratégies de repérage qu'il juge insuffisamment étayé. « Revenu Québec n'a pas l'assurance que tous les dossiers pour lesquels il y a irrégularité sont répertoriés et font l'objet d'un suivi », poursuit le vérificateur.

De plus, l'application des pénalités et des amendes prévues aux lois fiscales sont « insuffisantes » et elles sont « interprétées différemment d'une direction à l'autre », précise le rapport.

Rapport sur les soins à domicile (Nouvelle fenêtre) by Radio-Canada (Nouvelle fenêtre)

  (Nouvelle fenêtre)

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !