•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ lance une pétition pour récupérer « l'argent volé aux Québécois »

La publicité de la CAQ

La publicité de la CAQ

Photo : YouTube

Radio-Canada

La Coalition avenir Québec (CAQ) lance une campagne publicitaire à la télévision et sur le web, à la suite des révélations faites à la commission Charbonneau.

La CAQ souhaite forcer le gouvernement à prendre tous les moyens légaux pour récupérer les sommes perdues à cause de la corruption dans l'industrie de la construction.

« La population est déjà exaspérée par tous les scandales mis en lumière devant la commission Charbonneau. Nous sommes confiants que cette campagne publicitaire contribuera à faire bouger un gouvernement péquiste qui est actuellement beaucoup trop mou face à la corruption », affirme dans un communiqué le porte-parole de la CAQ en matière de justice, Jacques Duchesneau.

La CAQ invite la population à signer une pétition électronique sur le site Internet remboursez-nous.com.

La pétition sera ensuite déposée à l'Assemblée nationale.

Selon la CAQ, le gouvernement doit agir avant que les firmes qui ont participé à des stratagèmes de collusion et de corruption « se restructurent ou disposent d'actifs qui leur permettraient d'échapper au remboursement d'argent volé aux contribuables », peut-on lire dans le communiqué.

« Il faut entreprendre une poursuite. Il y a des délais de prescription qui s'appliquent. Actuellement, il n'y a aucune raison [de ne pas le faire], on a justement des estimés, commençons. Si demain matin, on était capable de récupérer 20 % de tous les montants des contrats qui ont été faits avec collusion depuis 10 ans, ça représente des centaines de millions, même des milliards de dollars », a affirmé dimanche le chef de la CAQ, François Legault, lors du lancement de la campagne.

Québec dit être déjà au travail pour récupérer l'argent

Bertrand St-Arnaud, ministre de la Justice du QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bertrand St-Arnaud, ministre de la Justice du Québec

En entrevue à Radio-Canada, le ministre de la Justice du Québec, Bertrand St-Arnaud, a assuré que les juristes de l'État travaillaient depuis plusieurs mois pour monter des dossiers « complets et bien étayés ». « Au gouvernement du Québec, on est déterminé à aller chercher sans hésitation l'argent qui nous a été volé. »

Le ministre a dénoncé l'initiative de la CAQ, surtout que le parti profite de l'occasion pour solliciter des dons sur le site web qu'il a mis sur pied.

« Lancer une campagne de publicité et un site web pour que la justice suive son cours, c'est franchement ridicule », a-t-il soutenu.

Interrogé par des journalistes dimanche au sujet de la démarche de la CAQ, le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a pour sa part dit appuyer le principe de réclamer un remboursement des sommes perçues illégalement, mais il a soutenu qu'il fallait être prudent avant d'engager des poursuites sur la base d'allégations devant la commission Charbonneau.

« La lutte contre la corruption appartient à tous les Québécois et à tous les partis politiques. Je ne connais pas de parti, pas de citoyen qui ne soit pas indigné par les situations qui ont été mises en évidence », a dit M. Couillard.

« Mais il faut se souvenir qu'on est, heureusement, dans une société de droit et il faut que les éléments soient démontrés devant un tribunal, de façon à ce qu'on soit certain qu'on a affaire aux bonnes personnes avec la bonne culpabilité. Sur le principe du remboursement éventuel des sommes perçues illégalement, il n'y a pas de doute qu'on est tous en accord », a-t-il poursuivi.

Politique