ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles manifestations contre l'austérité en Europe

À Lisbonne, au Portugal, des manifestants s'opposent au plan d'austérité de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international.

À Lisbonne, au Portugal, des manifestants s'opposent au plan d'austérité de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international.

Photo : AFP / FRANCISCO LEONG

Radio-Canada

Des manifestants anti-austérité ont défilé samedi dans les rues de dizaines de villes européennes, y compris Madrid, Francfort et Lisbonne, pour faire part de leur colère envers les compressions gouvernementales qui, affirment-ils, font empirer la crise financière en sapant la croissance et en augmentant le chômage.

Des milliers de personnes ont défilé pacifiquement vers la fontaine Neptuno, près du Parlement madrilène, scandant « Gouvernement, démission! ».

Quelque 15 000 individus se sont rassemblés à l'extérieur du siège social du Fonds monétaire international à Lisbonne, exigeant le départ de l'institution.

Plusieurs protestataires transportaient des pancartes indiquant « Pas d'autres compressions » et « Au diable la Troïka », en référence à la Commission européenne, à la Banque centrale européenne et au Fonds monétaire international, le trio qui a effectué le sauvetage monétaire de la Grèce, de l'Irlande, du Portugal et de Chypre.

Les prêts ont été consentis à condition que les gouvernements imposent de sévères mesures d'austérité pour équilibrer leurs finances précaires.

À Madrid, en Espagne, d'autres manifestants se sont rassemblés pour dénoncer le pouvoir de la Troïka et l'influence de l'Allemagne dans l'adoption de plans d'austérité à Chypre, en Grèce, au Portugal et en Irlande.

À Madrid, en Espagne, d'autres manifestants se sont rassemblés pour dénoncer le pouvoir de la Troïka et l'influence de l'Allemagne dans l'adoption de plans d'austérité à Chypre, en Grèce, au Portugal et en Irlande.

Photo : AFP / DOMINIQUE FAGET

Aux prises avec une récession qui perdure et un fort taux de chômage, l'Espagne est le théâtre de manifestations anti-austérité quasi-quotidiennes de la part de gens en colère face aux compressions imposées à la santé et à l'éducation, tandis que les banques ont reçu des milliards.

Samedi, toujours, la police allemande et des milliers de manifestants anticapitalistes se sont affrontés près du siège social de la Banque centrale européenne à Francfort.

La police de la capitale financière allemande a précisé qu'environ 7000 personnes avaient refusé de bouger après que la police eut encerclé un groupe de 200 à 300 individus qui refusaient d'enlever leurs masques.

Les organisateurs du mouvement « Blockupy » ont annoncé que jusqu'à 20 000 personnes avaient manifesté contre le rôle de la BCE pour pousser les pays européens à réduire leurs dépenses dans le cadre des efforts visant à diminuer le déficit

D'autres manifestations ont eu lieu samedi dans plusieurs villes d'Europe, dont Barcelone, Bruxelles, Bilbao et Valence.

La Presse Canadienne

Associated Press

International