•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation pour empêcher l'euthanasie au gaz à la SPCA de l'Outaouais

Le journaliste André Dalencour a rencontré les manifestants devant la SPCA de l'Outaouais

L'euthanasie au gaz employée pour certains animaux qui trouvent refuge à la Société protectrice des animaux (SPCA) de l'Outaouais suscite la controverse. Une pétition en ligne a amassé plus de 6 000 signatures.

Une trentaine de personnes se sont rassemblées devant les locaux de la Société protectrice des animaux (SPCA) de l'Outaouais, samedi. Les manifestants estiment que cette méthode est cruelle. 

Les animaux sont placés dans une petite pièce où du monoxyde de carbone est libéré.Les animaux sont placés dans une petite pièce où du monoxyde de carbone est libéré.

Les animaux sont placés dans une petite pièce où du monoxyde de carbone est libéré. Selon les militants, les animaux souffrent pendant près de 30 minutes. Ils décrient cette méthode qu'ils qualifient d'inhumaine.

Ils meurent en agonisant pendant 20 à 30 minutes quand avec une piqûre ça dure simplement deux secondes.

Josée Lamontagne, manifestante
Certains manifestants ont tenté d'entrer dans les locaux de la SPCA de l'Outaouais.Certains manifestants ont tenté d'entrer dans les locaux de la SPCA de l'Outaouais. Photo : André Dalencour

De son côté, la SPCA reconnaît qu'elle utilise ce procédé pour euthanasier les animaux, mais affirme que cela ne prend qu'une minute avant que les animaux perdent connaissance, puis meurent d'un arrêt cardiaque.

Selon la législation québécoise, c'est une méthode tout à fait acceptable.

France Dubois, directrice SPCA de l'Outaouais

L'organisme affirme ne pas avoir le choix d'agir ainsi parce que les injections létales ne peuvent être effectuées que par les vétérinaires et que ceux-ci ne sont pas toujours disponibles à la SPCA. Ces derniers préfèrent aussi soigner les animaux plutôt que les tuer.

De plus, pendant l'été, l'organisme peut recevoir jusqu'à 70 chats chaque jour.

L'été, l'organisme peut recevoir jusqu'à 70 chats chaque jour.L'été, l'organisme peut recevoir jusqu'à 70 chats chaque jour.

L'organisme soutient également que cette pratique est en vigueur dans la majorité des SPCA du Québec.

La directrice de la SPCA de l'Outaouais, France Dubois, ajoute que le gouvernement du Québec étudie présentement la possibilité d'interdire cette méthode, mais que pour y parvenir il faut d'abord trouver des alternatives viables économiquement.

Selon le médecin vétérinaire, Robert Michaud, de Gatineau, l'euthanasie au gaz est tout à fait acceptable tant qu'elle est faite dans les règles de l'art. « Bien sûr il y a place à l'amélioration. Cette procédure il y a une quarantaine d'années était faite dans des conditions très primitives, maintenant on connaît ce qu'est la souffrance, » précise-t-il.

Tous s'accordent cependant pour dire que la source du problème demeure la surpopulation des animaux et le manque de responsabilité de certains propriétaires.

Ottawa-Gatineau

Société