•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations à L'Ancienne-Lorette : des sinistrés en colère contre la Ville de Québec

Mario Dubé

Mario Dubé

Radio-Canada

Des résidents de L'Ancienne-Lorette dont les propriétés ont été inondées à la suite des pluies torrentielles de vendredi soir et du débordement de la rivière Lorette sont en colère contre la Ville de Québec.

Ils accusent l'administration municipale de se traîner les pieds et de ne rien faire pour empêcher les débordements répétitifs du cours d'eau.

En 2005, la rivière Lorette était sortie de son lit, provoquant de sérieux dommages à plusieurs résidences. Il y a deux ans, la Cour supérieure a jugé que Québec était responsable de ces inondations et que l'agglomération devait effectuer les travaux nécessaires pour éviter que la situation ne se reproduise.

Mario Dubé, président du Regroupement Sinistrés-Entraide, déplore le fait que rien n'ait été fait depuis huit ans. « La situation qu'on a vécue hier, c'est un vrai cauchemar. On revit les événements d'il y a huit ans », déplore-t-il.

M. Dubé exige des gestes concrets de la part de la Ville. « Il y a vraiment urgence d'agir puis de faire des travaux, parce que vivre des situations comme celle-là, on ne pensait jamais revivre ça dans notre vie puis on voit que huit ans plus tard, on est encore les pieds dans l'eau », regrette le président du Regroupement Sinistrés-Entraide.

« On trouve ça vraiment désolant que les travaux n'aient pas été plus vite que ça. Je ne peux pas croire qu'en huit ans, ils n'ont pas été capables de mettre des mesures en place pour éviter que cette situation-là se reproduise en 2013 », lance-t-il.

Rappelons qu'en 2005, près de 700 résidences et commerces avaient été inondés par le débordement de la rivière Lorette.

La Ville se défend

De son côté, la Ville de Québec a tenu à réfuter les récriminations des sinistrés de L'Ancienne-Lorette, qui soutiennent que les travaux effectués par la Ville depuis 2005 ont été inutiles.

« Au contraire, les mesures qui ont été mises de l'avant par la Ville ont fonctionné. Les réservoirs qui ont été construits se sont remplis à 100 % et le système de pompes qui avait été installé a également fonctionné », plaide David O'Brien, porte-parole de la Ville de Québec.

« C'est vraiment un coup d'eau exceptionnel. C'est la durée, très courte, du coup d'eau qui a fait que la rivière a débordé », fait valoir M. O'Brien. Ce dernier ajoute qu'il est trop tôt pour évaluer l'étendue des dégâts.

Québec

Environnement