•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une migration plus difficile

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Aujourd'hui, 11 octobre 1963

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les oiseaux migrateurs annoncent l'arrivée du printemps, et ils sont déjà nombreux à avoir déployé leurs ailes au Québec. Le printemps représente la saison idéale pour découvrir les nombreuses espèces qui viennent passer l'été au Québec.

Un roselin familierAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un roselin familier

Photo : iStockphoto

Les oiseaux migrateurs annoncent l'arrivée du printemps, et ils sont déjà nombreux à avoir déployé leurs ailes au Québec. Le printemps représente la saison idéale pour découvrir les nombreuses espèces qui viennent passer l'été au Québec.

Un roselin familier Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un roselin familier

Photo : iStockphoto

« Les oiseaux sont en plumage nuptial, ils sont plus colorés, ils s'exposent un peu plus parce que les mâles chantent comme on entend actuellement. Donc c'est plus facile de les voir, et puis il y a des déplacements. Il n'y a pas de feuilles. »

Ils sont nombreux à partager cet amour pour les oiseaux.

Jacques Larrivée transmet volontiers ses connaissances à ses étudiants de l'Université des ainés.

« Moi quand j'ai commencé je pensais qu'un canard, c'était un canard. Mais quand j'ai vu qu'on en a vu 45 variétés différentes, et qu'ils sont tous plus beaux les uns que les autres...moi ça continue de m'étonner et de me surprendre à chaque fois », explique un de ces ornithologues en herbe.

Un bruant à gorge blanche chante paisiblement, sous le soleil. Son voyage vers le Québec a été plus périlleux cette année, précise Jacques Larrivée. « La migration a été retardée en raison d'un printemps froid et humide ».

Le Rimouskois note que pendant les deux dernières semaines, la migration a presque complètement cessé. « On a attendu les oiseaux qu'on entend. On les a attendus pendant deux semaines, mais c'était bloqué aux États-Unis par des fronts froids », précise-t-il.

Les clubs d'ornithologie sont nombreux au Québec. Ils permettent aux passionnés d'approfondir leurs connaissances.

Cette sortie de Jacques Larrivée et de ses étudiants à la réserve Duchénier aura permis d'observer une vingtaine d'espèces.

La migration printanière devrait se terminer vers la mi-juin.

D'après un reportage de Suzie Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec