•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des grands singes émotifs dans l'adversité

Un chimpanzé (archives)
Un chimpanzé (archives) Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Un peu comme les humains, les chimpanzés et les bonobos réagissent de façon émotive lorsqu'ils prennent des décisions qui ne leur rapportent pas ce qu'ils en escomptaient.

La primatologue américaine Alexandra Rosati et ses collègues de l'Université Duke en viennent à cette conclusion après avoir analysé le comportement de grands singes alors qu'ils jouaient à des jeux de prises de décision développés pour eux.

C'est la chercheuse Rosati, dont le champ d'études est la capacité de solution de problèmes par les grands singes dans le but de mieux comprendre les origines des comportements humains, qui a conçu les tests.

  • Dans le premier, les singes avaient le choix entre recevoir une petite quantité de nourriture immédiatement ou attendre plus longtemps et en obtenir une plus importante.
  • Dans le second, ils avaient le choix entre deux options : l'une plus prévisible et l'autre plus risquée. La plus « sûre » consistait en six arachides cachées sous un bol. Pour la plus risquée, il y avait deux possibilités : une tranche de concombre ou la partie particulièrement prisée d'une banane.

Lorsqu'ils perdaient et recevaient un morceau de concombre fade au lieu de la banane tant désirée, certains singes réagissaient fortement avec des comportements associés à un excès de colère. En fait, ils semblaient de très mauvaise humeur : ils émettaient des gémissements et des cris, et tapaient sur les barreaux de l'enceinte.

Ces résultats ont été obtenus auprès de 23 chimpanzés et de 15 bonobos pensionnaires de deux sanctuaires congolais. Ces animaux, orphelins rescapés du braconnage, vivent en semi-captivité.

Les conclusions montrent clairement que les spécimens des deux espèces sont devenus émotifs lorsqu'ils devaient attendre ou lorsqu'ils avaient pris un choix infructueux.

Selon les chercheurs, la composante émotionnelle de la prise de décision, la frustration ou le regret par exemple, est présente chez ces singes et n'est donc pas uniquement humaine.

En outre, les auteurs de ces travaux ont remarqué que les chimpanzés étaient plus disposés à prendre des risques et étaient plus patients que les bonobos.

Ces différences laissent à penser que l'émotivité observée chez une espèce peut contribuer à façonner la manière dont elle vit, de la façon de chasser à ses contacts reproducteurs.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Plos One.

Science