•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Adieu Ottawa, bonjour Montréal!

Denis Coderre aux Communes
Radio-Canada

Le député libéral Denis Coderre, qui a finalement fait le saut en politique municipale pour les prochaines élections à Montréal, a fait ses adieux à la Chambre des communes, où il a siégé depuis 16 ans.

Personnage coloré, ses collègues l'ont chaleureusement applaudi et ses adversaires l'ont salué.

Denis Coderre sera techniquement député jusqu'à dimanche, le 2 juin, journée d'anniversaire de sa première élection dans Bourassa, il y a 16 ans.

Lors de son discours d'adieu, il s'est dit fier de ses réalisations, en particulier lorsqu'il a occupé les postes de secrétaire d'État au Sport amateur et de ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, en 2002. Il aussi remercié ses collègues, sa famille, mais aussi les employés du parlement, particulièrement les interprètes.

Je salue personnellement les interprètes - on ne dit pas les traducteurs de la Chambre - pour leur courage, leur professionnalisme et leur détermination en  tentant de me comprendre lorsque j'utilisais mes expressions typiques.

Auteur

Il a dit regretter de n'avoir pu réhabiliter le métis Louis Riel, et a lancé un message très vigoureux de défense du bilinguisme au pays.

Il a enfin dit au revoir à sa manière bien typique.

« Comme dans la chanson d'Ariane Moffat Je rentre à Montréal, je serai candidat pour la mairie de Montréal, magnifique métropole du Québec. Je vous avertis, si vous pensiez que je chahutais en Chambre pour me faire entendre, sachez que ma voix se rend de Montréal jusqu'ici. Apprenez le mot du jour : incontournable ».

Avec les informations de Denis Ferland

Grand Montréal

Politique