•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les patients d'un hôpital à Moncton perdent leurs téléviseurs

Hôpital Dr Georges-L.-Dumont
l'hôpital Dr Georges-L.-Dumont

archives)

Radio-Canada

L'hôpital Dr-Georges-L.-Dumont au Nouveau-Brunswick met au rencart tous ses téléviseurs, par mesure de précaution, en attendant de les remplacer.

Les autorités médicales font appel à un fournisseur pour offrir le service de téléviseur dans les chambres. Dans le cas de cet hôpital, le matériel a été installé il y a un peu plus de 15 ans.

La direction de l'hôpital explique qu'il était temps de renouveler les téléviseurs, et que le processus a été précipité pour des raisons de sécurité.

« On avait une préoccupation par rapport à des bris préoccupants, spécifiquement les montures qui tenaient le bras et la télévision sur lequel le bras est monté. La monture qui était sur le mur, on avait une préoccupation par rapport à ça étant donné l'âge de l'équipement », explique Luc Foulem, porte-parole du Réseau de santé Vitalité.

Les téléviseurs des autres hôpitaux seraient plus récents et ne causeraient pas le même problème.

Luc Foulem affirme qu'il n'y a pas eu d'incident touchant des patients. Toutefois, Karina Khalfi, une ancienne patiente et infirmière à cet hôpital en congé de maternité, raconte avoir été témoin d'un incident en novembre, peu après son accouchement.

« La dame à côté avait loué la télévision et ils sont venus l'installer. À un moment donné, elle a voulu déplacer la télé pour avoir un meilleur angle, puis le bras s'est complètement détaché et est tombé sur son épaule », affirme Mm Khalfi. « Moi, j'ai même poussé la mienne très loin du berceau de mon bébé et je me suis dit : "moi, je ne la veux pas la télé" », ajoute-t-elle.

Les autorités médicales prévoient lancer bientôt un appel d'offres pour trouver un nouveau fournisseur du service. On parle de quelque 250 patients qui reçoivent habituellement ce service. Entre-temps, les patients vont devoir trouver d'autres moyens de se divertir.

Santé publique

Société