•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilinguisme stagne au Canada depuis 10 ans

Bilinguisme

(archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour la première fois en cinq décennies, le pourcentage de Canadiens pouvant soutenir une conversation dans les deux langues officielles a légèrement décliné, passant de 17,7 % en 2001 à 17,5 % en 2011.

L'explication mathématique se trouve derrière l'augmentation de la population totale, qui a été plus rapide (12 %) que la population bilingue (6 %) au Canada, une première en 50 ans.

Le nombre de Canadiens bilingues est ainsi passé de 5,2 millions à 5,8 millions, alors que la population totale a augmenté de près de 4,5 millions en 10 ans.

Le Québec a toutefois vu le nombre de ses résidents pouvant tenir une conversation en anglais ou en français croître depuis 2001, passant de 40,8 % à 42,6 %. En termes absolus, ces chiffres signifient que 400 000 Québécois de plus étaient bilingues en 2011. En 2001, 2,9 millions disaient parler anglais et français, comparativement à 3,3 millions de personnes en 2011.

Cette enquête confirme encore la concentration des personnes bilingues (86 %) dans ce que Statistique Canada surnomme « la ceinture bilingue », c'est-à-dire ces provinces où les contacts entre anglophones et francophones sont les plus fréquents, soit le Québec, le Nouveau-Brunswick et l'Ontario.

Le Nouveau-Brunswick est d'ailleurs la seule province, avec le Québec, a avoir un taux de bilinguisme supérieur à la moyenne nationale, se situant à 33 %.

Deux façons d'expliquer la stagnation

L'enquête met en avant deux phénomènes observés durant la dernière décennie pour expliquer la stagnation du bilinguisme au Canada.

Le premier est la diminution du niveau d'exposition des élèves à des programmes de langue seconde, qui est passé de 53 % à 44 %. Ainsi, malgré une augmentation des élèves inscrits en immersion de 28 %, une diminution de 24 % s'est observée chez les jeunes Canadiens suivant un cours de langue seconde.

De plus, le nombre de Canadiens dont la langue maternelle est l'anglais et qui sont âgés entre 15 à 19 ans a diminué de 3 % en 10 ans, pour se situer à 11 % en 2011.

Le deuxième phénomène est celui de l'immigration, qui a caractérisé la dernière décennie au Canada. Le faible taux de bilinguisme des immigrants à l'extérieur du Québec, qui est de 6 %, peut expliquer en partie cette stagnation.

Cependant, même si 80 % des immigrants qui arrivent au Canada ne parlent ni l'anglais ni le français, un immigrant sur deux vivant au Québec est bilingue, voire trilingue.

Ces données sont issues de l'étude sur l'évolution du bilinguisme français-anglais au Canada de 1961 à 2011.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !