•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des anglophones veulent un nouveau Parti égalité

Le groupe de militants reprend les mêmes statuts et règlements du Parti égalité.

Le groupe de militants reprend les mêmes statuts et règlements du Parti égalité.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une cinquantaine de militants anglophones de la région de Montréal tenaient dimanche à Dorval la première assemblée publique afin de créer une nouvelle formation politique sous l’appellation Parti égalité 2.0.

Ils comptent amasser des fonds, former des associations dans les circonscriptions et recruter des militants et des candidats en prévision des prochains rendez-vous électoraux.

Les militants espèrent ainsi récupérer au moins les quatre circonscriptions remportées par le Parti égalité en 1989.

Les fondateurs du Parti égalité 2.0 dénoncent particulièrement le projet de loi 14 du gouvernement Marois, qui prévoit entre autres la francisation des entreprises de plus de 26 employés et le retrait du statut bilingue aux villes qui n’ont plus de majorité anglophone.

« Ce gouvernement est en train de nous enfermer, de nous isoler », a déclaré un intervenant.

Les organisateurs ont déploré l'absence de plupart des acteurs de la communauté anglophone, et le chef intérimaire de la formation politique, Mark S. Bergeron, reconnaît qu'l est « difficile » d’unir la communauté anglophone.

Cette première assemblée a également été marquée par la présence de l'activiste anglophone Howard Galganov, un personnage controversé qui s’était battu contre l’Office de la langue française dans les années 1990, et qui a depuis déménagé en Ontario.

Pour lui, la cause des anglophones au Québec est perdue, et il invite carrément les anglophones à déménager en Ontario ou aux États-Unis.

Avec les informations d’Alexandre Touchette et Philippe-Antoine Saulnier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !