•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Épargner, c'est trop dur...

De plus en plus de Canadiens éprouvent de la difficulté à équilibrer les priorités financières

De plus en plus de Canadiens éprouvent de la difficulté à équilibrer les priorités financières

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près du tiers des Canadiens n'épargnent pas, ou du moins très peu, après avoir payé leurs comptes, selon un sondage mené par l'Association des comptables généraux accrédités du Canada.

Les participants au sondage qui éprouvent des difficultés à épargner sont d'âge moyen et détiennent un emploi. Certains d'entre eux sont aisés, d'autres non.

Plus pessimiste encore comme constatation : parmi les ménages dont les dettes excèdent leur revenu, ou sont égales à leur revenu, les deux tiers ne pensent pas pouvoir améliorer leur situation dans les trois années à venir.

Définition de la richesse d'un ménage

Différence entre la valeur totale des actifs du ménage, qui comprend les actifs financiers et non financiers, et la dette totale du ménage qui comprend le crédit hypothécaire et le crédit à la consommation.

Les gens qui se voient dans l'impossibilité d'épargner affirment que c'est leur niveau de revenu, de même que d'autres obligations financières, qui les empêchent de le faire.

Le sondage, dont les résultats ont été rendus publics mercredi, comporte tout de même une note positive : 70 % des Canadiens sont parvenus à mettre de l'argent de côté. Cependant, seulement 10 % des répondants au sondage disent avoir refinancé leur hypothèque dans le but de la rembourser plus rapidement. Or, payer plus rapidement sa maison est l'un des principaux moyens dont disposent les Canadiens pour s'enrichir, rappellent les auteurs du sondage.

Le sondage relève certaines particularités chez les gens qui réussissent à épargner :

• Une proportion de 42 % des ménages canadiens sont satisfaits de la richesse qu'ils ont accumulée, mais plus de la moitié déclarent avoir calculé la valeur de leur richesse il y a un an ou plus, voire jamais, ou ne se rappellent pas quand ils l'ont fait.
• Quelque 28 % des ménages détenant des placements financiers ne surveillent le rendement de leurs placements qu'une fois par année, voire plus rarement.
• Le quart (26 %) des ménages ne surveillent habituellement pas les principaux facteurs externes pouvant influer sur leur richesse.
• Seulement quatre ménages sur dix (39 %) ont entrepris d'affiner leur stratégie d'épargne et de placement au cours des 12 derniers mois; ils sont encore moins nombreux (31 %) à avoir élaboré ou précisé la planification de leur retraite.

Le sondage a été mené par Ipsos Reid entre le 14 et le 21 septembre 2012. Au total, 1805 entrevues ont été menées en ligne avec des Canadiens âgés de 25 ans ou plus. L'erreur d’échantillonnage est de plus ou moins 2,31 %, 19 fois sur 20.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !