•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Syrie : assaut contre la ville de Qousseir

Un quartier de Homs le 27 mars 2013

Un quartier de Homs le 27 mars 2013

Photo : AFP / HO

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'armée syrienne a lancé un assaut contre la ville de Qousseir, dimanche, un bastion rebelle qui résiste depuis plus d'un an. La ville est stratégique, car elle est située dans la province centrale de Homs et sur l'axe reliant la capitale Damas au littoral.

Les militaires contrôlent la place centrale de la mairie, selon une source militaire citée par l'AFP. L'armée a bombardé la zone à coups de raids aériens et tiré des salves d'artillerie faisant au moins 30 morts, rapporte pour sa part l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

La télévision d’État, qui en a parlé dans son bulletin d’information, a dit que les forces de sécurité poursuivaient « les terroristes » dans la ville.

L'ONU souhaite toujours une issue pacifique au conflit

Sur le front diplomatique, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, espère toujours pouvoir tenir une conférence internationale dès le début du mois de juin pour trouver une issue pacifique au conflit en Syrie.

Washington et Moscou se sont tous deux engagés à tenter de convaincre les rebelles et le régime syrien d'y participer, mais aucune date n'a encore été fixée.

Pour l’heure, ni le président syrien, ni l'opposition officielle n'ont pris l'engagement d'y prendre part.

Le président Bachar Al-Assad a déjà déclaré qu’il n'y croyait pas. Les pourparlers proposés ne permettront pas d'arrêter le terrorisme, a dit le président syrien dans une interview à Clarin un journal argentin.

La tenue de la conférence semble toutefois vouée à l’échec à cause des divergences affichées par la Russie et les puissances occidentales. Les États-Unis ont fait savoir qu'ils s'opposeront à toute conférence à laquelle serait invité l'Iran. Pour Moscou, Téhéran doit faire partie de la solution.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !