•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire des aliments québécois un choix incontournable

L'entrevue avec Errol Duchaine

Québec entend travailler pour qu'au moins 50 % des produits consommés par les Québécois soient des produits locaux. « C'est toute l'économie du Québec qui y gagnera », a déclaré la première ministre Pauline Marois, accompagnée de son ministre de l'Agriculture, François Gendron, lors du dévoilement de la Politique de souveraineté alimentaire du gouvernement du Québec.

Cette politique s'articule autour de quatre axes : l'identité des aliments du Québec, l'occupation dynamique du territoire, la valorisation du potentiel économique du secteur et le développement durable. Elle vise à atteindre trois grands objectifs :

  • assurer à l'ensemble des Québécois un approvisionnement en aliments de qualité, à juste prix et bons pour leur santé;
  • accroître la proportion d'aliments du Québec consommée par les Québécois;
  • développer un secteur bioalimentaire prospère, rémunérateur, générateur d'emplois, respectueux de l'environnement et contribuant à l'occupation dynamique du territoire québécois.

Le secteur bioalimentaire compte pour 7 % du PIB total du Québec et génère quelque 475 000 emplois, soit 12 % de tous les emplois au Québec, et au moins 10 % des emplois dans 14 des 17 régions lui sont attribuables.

Le gouvernement du Québec souhaite par exemple inciter les réseaux de distribution tels que Metro, Provigo et IGA à se doter d'une politique d'approvisionnement de produits alimentaires québécois afin de promouvoir l'achat de produits locaux sur le marché québécois.

En plus des initiatives personnelles, Québec entend appliquer cet objectif à ses institutions publiques. Par exemple, le gouvernement insistera pour que les dizaines de millions de repas servis dans les hôpitaux du Québec chaque année soient préparés avec des produits québécois.

Le ministre de l'Agriculture insiste aussi sur la protection des terres agricoles alors que l'étalement urbain gruge des milliers d'hectares de terres fertiles chaque année.

Le gouvernement Marois veut s'assurer que ces terres demeurent entre les mains des agriculteurs. À cet effet, Québec veut modifier la loi sur l'acquisition des terres par des non-résidents. De son côté, l'Union des producteurs agricoles (UPA) fait aussi pression pour qu'une société d'État soit créée afin de bloquer la voie aux spéculateurs.

Québec souhaite par ailleurs appuyer la relève et prévoit plusieurs mesures en ce sens, dont une démarche d'accompagnement pour aider les agriculteurs à s'adapter aux changements et à augmenter leur rentabilité.

Le Programme d'appui financier à la relève agricole de la Financière agricole du Québec sera enrichi, notamment par une hausse de la subvention à l'établissement de 20 %. Les bonifications annoncées représentent un investissement annuel supplémentaire de 3,8 millions de dollars.

Le développement du secteur serricole recevra un coup de main avec des tarifs d'électricité adaptés.

Dans la foulée du lancement de la Politique de souveraineté alimentaire, Pauline Marois et François Gendron ont rencontré, pour la première fois, les membres de la Table de concertation des partenaires du bioalimentaire québécois. La Table a pour mandat d'apporter un éclairage au gouvernement sur la mise en oeuvre de la nouvelle politique ainsi que sur différentes questions d'intérêt concernant le développement du secteur bioalimentaire.

« Le succès de la Politique repose sur la capacité du milieu à se concerter. Je suis donc très heureux du déroulement de cette première rencontre, au cours de laquelle nous avons discuté des actions prioritaires à mener pour amorcer la mise en oeuvre de la Politique de souveraineté alimentaire. Une quarantaine de pistes d'action ont été proposées et les travaux de la Table ont permis de convenir des actions prioritaires à mettre en avant afin de passer rapidement à l'action », a indiqué François Gendron.

Solidarité rurale du Québec a salué le gouvernement pour cette politique « attendue depuis longtemps ». « Il était devenu nécessaire que le Québec se dote d'une vision renouvelée et d'un véritable contrat social pour répondre à nos besoins alimentaires. » Solidarité rurale du Québec a pour mission de promouvoir la revitalisation et le développement du monde rural. Elle agit à titre d'instance-conseil du gouvernement en matière de ruralité.

Le Conseil canadien du commerce de détail, la voix des détaillants, accueille aussi positivement la politique annoncée aujourd'hui. « Il s'agit d'une excellente nouvelle puisque plusieurs des actions prévues s'inscrivent dans la continuité des efforts déployés, depuis de nombreuses années, par les distributeurs en alimentation du Québec. En ciblant notamment la sensibilisation des consommateurs par des investissements dans Aliments du Québec et en travaillant à faire connaître l'impact positif que ces produits ont sur l'économie du Québec, le gouvernement fait un choix éclairé », a déclaré la vice-présidente Nathalie St-Pierre pour le Québec.

Politique