•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kepler paralysé

La sonde spatiale Kepler
Radio-Canada

Mauvaise nouvelle pour la recherche d'exoplanètes : le télescope spatial américain Kepler, dont c'est la spécialité, est paralysé par un problème technique. La NASA craint que sa mission de quatre ans ne prenne fin prématurément.

C'est un mécanisme qui permet au télescope de pointer dans une direction donnée de la voûte céleste qui est défectueux et qui empêche Kepler de faire son travail.

Pour le moment, les ingénieurs de l'agence spatiale ont mis le télescope en mode de sécurité afin de s'assurer que les panneaux solaires soient face au Soleil pour recharger les batteries et ainsi garantir les communications avec la Terre.

La semaine dernière, les responsables de la mission ont constaté que ce gyroscope ne bougeait plus malgré les commandes du sol. Ce problème s'était déjà produit en juillet dernier avec un autre gyroscope de Kepler qui a cessé de fonctionner.

Le télescope se trouve actuellement à 64 millions de kilomètres de la Terre.

Malheureusement Kepler n'est pas à un endroit où l'on peut envoyer des astronautes pour le réparer.

John Grunsfeld

Les ingénieurs examinent actuellement la situation afin d'essayer de remettre le télescope en fonction et ne veulent pas baisser les bras.

Kepler est le premier télescope consacré à la recherche d'exoplanètes semblables à la Terre dans d'autres systèmes solaires de notre galaxie, la Voie lactée.

Lancé en 2009 au coût de 600 millions de dollars, il a déjà révolutionné l'étude des exoplanètes, avec la découverte de 130 d'entre elles en orbite autour d'étoiles distantes.

L'existence de 2700 autres planètes est en attente de confirmation.

Kepler-69cKepler-69c Photo : NASA

Le saviez-vous?

En avril, des astronomes avaient annoncé la découverte, grâce à Kepler, de deux exoplanètes ayant la plus grande similarité avec la Terre jamais observée et où l'eau se trouverait peut-être à l'état liquide, ce qui permettrait potentiellement à la vie d'exister.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Science