•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

17 jours après l'effondrement au Bangladesh, une survivante

Une survivante trouvée 17 jours après l'effondrement d'un atelier de textile est transportée à l'hôpital.

Photo : AFP / STRDEL

Radio-Canada

Une femme est retrouvée vivante vendredi, 17 jours après l'effondrement d'un immeuble qui abritait des ateliers de confection textile, dans la banlieue de Dacca, au Bangladesh.

Alertés par des cris en provenance des décombres, les responsables des secours ont interrompu leurs travaux de nettoyage pour dégager une femme coincée entre une poutre et un pilier, près de la salle de prières aménagée dans l'édifice de huit étages.  « Son nom est Reshmi. Elle avait peut-être des réserves d'eau ou a peut-être bu un peu de l'eau que nous avons injectée dans le bâtiment », a déclaré le chef des pompiers, Ahmed Ali.

Les centaines de travailleurs présents se sont immédiatement rassemblés autour de la scène, applaudissant et priant pour Reshmi. La femme a été transportée à l'hôpital militaire, et a même réussi à esquisser un sourire à la foule.

Il s'agit d'une bonne nouvelle devant un bilan qui ne cesse de s'assombrir. Le nombre de morts a dépassé vendredi le cap du millier, ce qui en fait l'une des pires tragédies à toucher le monde industriel.

L'armée a indiqué que 1041 corps ont été retirés des décombres, un bilan qui pourrait encore s'alourdir à mesure que les opérations de nettoyage se poursuivent.

Ces gens qui ont survécu plus de 17 jours à une catastrophe :

  • Deux mois : Une femme de 40 ans est extraite vivante des décombres de sa maison, dans le Cachemire, deux mois après un séisme qui a ravagé la région (Pakistan 2005)
  • 69 jours : Trente-trois mineurs, bloqués pendant 69 jours à plus de 600 mètres sous terre dans une mine d'or et de cuivre de San José (nord), sont ramenés sains et saufs à l'air libre au terme d'une opération spectaculaire de sauvetage (Chili 2011)
  • 25 jours : Trois mineurs sont secourus après avoir passé 25 jours sous terre dans une mine inondée de la province du Guizhou (sud). Alors que 13 de leurs compagnons sont morts, ils disent avoir survécu en buvant l'eau qui suintait de la roche et en mâchant des morceaux de charbon (Chine 2009)
  • 14 jours : Deux mineurs, ensevelis pendant deux semaines dans la mine d'or de Beaconsfield (sud), sont remontés vivants (Australie 2005)

Environ 2500 personnes ont été secourues vivantes dans les heures suivant l'effondrement.

Des militaires recherchent des corps dans les décombres de l'immeuble qui s'est effondré au Bangladesh.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des militaires recherchent toujours des corps dans les décombres de l'immeuble qui s'est effondré au Bangladesh.

Photo : La Presse canadienne / Wong Maye-E

On ignore le nombre exact de travailleurs encore portés disparus.De plus, 156 corps n'ont pas pu être identifiés et ont été enterrés. De l'ADN a été prélevé pour pouvoir identifier les victimes si les familles venaient à se manifester.

Le Rana Plaza s'est effondré le 24 avril dernier, quelques heures après que des fissures eurent été repérées sur les murs. Les autorités avaient ordonné l'évacuation de l'édifice, mais les patrons d'ateliers ont obligé les employés à continuer le travail.

Neuf personnes ont été arrêtées depuis la tragédie. Le propriétaire de l'immeuble, des directeurs d'ateliers et des ingénieurs seront notamment accusés de négligence. Ils sont également soupçonnés d'avoir utilisé des matériaux de mauvaise qualité pour la construction de l'immeuble, en plus de ne pas avoir obtenu les permis nécessaires.

L'effondrement du Rana Plaza est désormais le pire accident industriel à survenir depuis la catastrophe de Bhopal, en Inde, en 1984. Une fuite de gaz dans une usine de pesticides y avait fait environ 20 000 morts, des milliers de gens ayant succombé à des intoxications dans les années suivant le drame.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International