•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

UMQ : les élus municipaux secoués par les arrestations à Laval

Éric Forest, président de l'Union des municipalités du Québec UMQ

Éric Forest, président de l'Union des municipalités du Québec UMQ

Radio-Canada

Ils ont été nombreux à réagir, à la réunion annuelle de l'Union des municipalités (UMQ), à l'arrestation de l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt et de 36 autres personnes, jeudi matin. Le président de l'Union des municipalités du Québec et maire de Rimouski, Éric Forest, a estimé que « ce qu'on voit, c'est le passé. Il faut changer ces moeurs-là, il faut bâtir l'avenir sur des bases solides de transparence, d'intégrité, d'imputabilité, et rétablir ce lien de confiance entre les élus municipaux, provinciaux, fédéraux et nos citoyens parce qu'il en va de nos institutions, il en va de notre société ».

Le maire de Montréal, Michael Applebaum, a aussi vivement réagi aux arrestations, réitérant que « Montréal a mis plusieurs mesures en place depuis 2009 ». « Le rapport de Jacques Léonard [sur l'octroi des contrats municipaux par la Ville de Montréal] est aussi très important, et je vais encore mettre en place d'autres mesures nécessaires pour assurer qu'on est capable d'aller contre la collusion et la corruption », a promis le maire.

Pour le nouveau maire de Laval, Alexandre Duplessis, l'ère de Gilles Vaillancourt est bel et bien terminée. « C'est un changement d'administration, c'est un changement d'époque, c'est un changement aussi de génération », a-t-il soutenu, rappelant qu'il a mis en place plusieurs mesures de contrôle pour empêcher la répétition des faits reprochés à l'ancien maire.

Dans son allocution d'ouverture des assises annuelles de l'UMQ, M. Forest a exprimé la frustration, voire l'exaspération, de plusieurs maires et élus municipaux face au contexte politique actuel et au cynisme ambiant. Il déplore le fait que des élus municipaux honnêtes se trouvent ainsi éclaboussés indirectement.

À LIRE AUSSI : « L'affaire Gilles Vaillancourt » vue de Québec - le blogue de Sébastien Bovet (Nouvelle fenêtre)

Entente

Les assises de l'Union des municipalités se déroulent dans un contexte où ces dernières s'affairent à négocier une nouvelle entente avec le gouvernement du Québec, traitant notamment des questions fiscales, ainsi que des modifications à certaines lois.

Les municipalités revendiquent davantage de décentralisation, ainsi que de nouveaux revenus, notamment le plein remboursement de la taxe de vente du Québec (TVQ) en 2014. Elles estiment trop dépendre de l'impôt foncier.

De plus, le déficit actuariel de leurs régimes de retraite atteint près de 5 milliards de dollars, soit 100 000 $ par employé municipal. De même, la remise à niveau des infrastructures vieillissantes exige des investissements majeurs.

Prenant la parole à l'ouverture des assises, la première ministre Pauline Marois est demeurée vague quant au contenu de la nouvelle entente Québec-municipalités que les parties commencent à négocier.

« Oui, ce sera une entente, Monsieur Forest », a-t-elle assuré, ajoutant que les discussions sont « déjà très constructives » et qu'elles resteront marquées par une vision d'autonomie des municipalités.

« Ça va bien au-delà des questions de fiscalité, a-t-elle concédé. L'entente devra prévoir sur une période de dix ans, bien sûr, des revenus stables pour les municipalités, tout en tenant compte de la capacité financière du gouvernement, et de la capacité financière des citoyens du Québec. Ensuite, cette entente, elle pourra prévoir des engagements non financiers, comme la révision des lois municipales. Nous sommes d'accord avec vous », a affirmé Mme Marois.

M. Forest s'est montré satisfait de l'allocution de Mme Marois. « On a encore beaucoup de discussions à avoir, mais je suis optimiste, parce que la première ministre a démontré de l'ouverture », a-t-il confié.

Le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, a dit ne pas vouloir négocier sur la place publique avec les villes, mais s'est aussi dit prêt à discuter des divers sujets soulevés par l'UMQ.

Avec les informations de La Presse canadienne

Affaires municipales

Politique