•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation musclée à Trois-Rivières : les quatre policiers accusés

Le Parti vert présente sa plateforme électorale en vue des élections provinciales de septembre 2019.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les quatre agents de la Sécurité publique de Trois-Rivières qui ont procédé à l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur à Trois-Rivières font face à sept chefs d'accusation chacun. Ils sont entre autres accusés de voies de fait et d'entrave à la justice.

Le reportage de Pierre-André Cloutier

Les quatre agents de la Sécurité publique de Trois-Rivières qui ont procédé à l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur à Trois-Rivières font face à sept chefs d'accusation chacun. Ils sont entre autres accusés de voies de fait et d'entrave à la justice.

Les quatre policiers accusés sont Marc-André Saint-Amant, Barbara Provencher, Dominic Pronovost et Kaven Deslauriers.

L'acte de dénonciation a été déposé mercredi. Chacun de ces agents trifluviens est accusé :

  • de voies de fait alors qu'il utilisait une arme
  • de voies de fait causant des lésions corporelles
  • d'utilisation d'une arme à feu sans prendre suffisamment de précautions pour la sécurité d'autrui
  • d'entrave à la justice en cachant l'existence d'une vidéo
  • d'avoir créé un faux document
  • d'avoir utilisé comme authentique un faux document en sachant ou croyant qu'il était contrefait
  • d'entrave à la justice par la fabrication et l'utilisation de faux rapports.

Les quatre policiers comparaîtront au palais de justice de Trois-Rivières le 31 mai prochain. La Sécurité publique des Trois-Rivières les a suspendus avec solde pour une durée indéterminée depuis l'arrestation de Vadeboncoeur, le jeune homme de 19 ans accusé de vol qualifié.

L'arrestation musclée a été captée par une caméra de surveillance du cégep de Trois-Rivières. La vidéo a fait le tour du pays.

Sur les images captées par des caméras de surveillance, on voit l'accusé se mettre à plat ventre sur le sol d'un stationnement, alors qu'il est encerclé par des véhicules de police. Des agents de la Sécurité publique de Trois-Rivières se dirigent vers lui et se mettent à lui asséner des coups pendant près de trente secondes avant de le faire monter à bord d'un véhicule de police.

C'est la Sûreté du Québec qui fait enquête. Les policiers font aussi l'objet d'une enquête disciplinaire interne. À l'issue de son enquête interne, la Direction de la sécurité publique fera rapport au conseil municipal. La Ville de Trois-Rivières a annoncé par communiqué qu'elle n'émettra pas de commentaire d'ici là.

L'avocat d'Alexis Vadeboncoeur, Me René Duval, est très satisfait du travail des enquêteurs de la Sûreté du Québec et du procureur au dossier. Il croit que « parce que les accusés sont des policiers, ils risquent fort d'avoir des peines exemplaires, pour dissuader d'autres policiers d'agir de la même façon. »

Alexis Vadeboncoeur est présentement en thérapie jusqu'au mois d'août pour contrer sa toxicomanie. Il sera de retour en cour en septembre 2013. Il envisage d'intenter une poursuite civile d'un million de dollars contre les quatre policiers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !