Vous naviguez sur le site de Radio-Canada

Aide à la navigation
Début du contenu principal
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Syrie : des milliers de sunnites fuient par crainte d'être massacrés

En Syrie, au moins 60 corps ont été découverts à Banias, deux jours après l'exécution sommaire d'une cinquantaine de sunnites dans un village voisin.

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/The Syrian Revolution against Bashar Assad

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des milliers de Syriens de confession sunnite ont fui une ville de la côte méditerranéenne samedi, un jour après qu'une dizaine de personnes eurent été abattues par des partisans armés du régime du président Bachar Al-Assad, ont rapporté des activistes.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé qu'environ 4000 résidants des quartiers du sud de Banias avaient pris la fuite par crainte que des combattants pro-gouvernement ne commettent un massacre.

Au moins 62 corps ont été découverts dans un quartier de Banias, a soutenu l'ONG samedi. « Des dizaines de corps d'habitants tués vendredi lors de l'assaut de l'armée et des membres alaouites de l'Armée de défense nationale dans le quartier de Ras al-Nabaa à Banias, habité par des sunnites, ont été retrouvés samedi », a affirmé l'OSDH.

« Nous avons pu identifier 62 corps, dont 14 enfants, mais ce nombre peut augmenter car des dizaines de citoyens sont toujours portés disparus », a ajouté cette ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants, de médecins et de sources militaires à travers le pays.

De son côté, la Coalition de l'opposition indique dans un communiqué que « la multiplication des tueries se transforme en opération de nettoyage ethnique qui ressemble à celle menée par les forces serbes en Bosnie il y a vingt ans », faisant allusion au conflit en ex-Yougoslavie.

Jeudi, un autre carnage avait eu lieu dans le village sunnite de Bayda, en périphérie sud de Banias. L'OSDH avait fait état d'au moins 50 morts, en majorité des civils, disant que ces décès étaient le résultat d'exécutions sommaires et de bombardements.

Les rebelles sont essentiellement sunnites alors que les forces de sécurité et l'armée sont constituées majoritairement d'alaouites, une branche du chiisme à laquelle appartient Bachar Al-Assad.

La crise syrienne s'est amorcée avec un soulèvement pacifique en mars 2011 avant de se transformer en une guerre civile ayant fait plus de 70 000 morts.

Frappe d'Israël contre la Syrie

Par ailleurs, le gouvernement israélien a confirmé samedi qu'une frappe aérienne effectuée tôt vendredi contre la Syrie avait pour cible une cargaison de missiles avancés vraisemblablement destinée au mouvement islamiste libanais Hezbollah, un allié du régime Assad.

Il s'agit du deuxième bombardement mené par Israël contre la Syrie et de la plus récente tentative de l'État hébreu pour empêcher le Hezbollah de se constituer un arsenal qui lui permettrait de se défendre contre les forces aériennes israéliennes et de semer le chaos sur le territoire israélien.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !