Vous naviguez sur le site de Radio-Canada

Aide à la navigation
Début du contenu principal
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des responsables israéliens confirment la frappe en Syrie

La frontière entre Israël et la Syrie, dans les hauteurs du Golan

La frontière entre Israël et la Syrie, dans les hauteurs du Golan

Photo : AFP / MENAHEM KAHANA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des responsables israéliens ont confirmé la frappe aérienne en Syrie. L'attaque visait un convoi transportant des armes destinées au groupe militant libanais Hezbollah, ont-ils affirmé. Il ne s'agissait pas, toutefois, d'armes chimiques.

Les sources ont requis l'anonymat puisqu'elles n'étaient pas autorisées à parler d'opérations militaires secrètes.

Des sources américaines avaient dévoilé cette information vendredi. L'attaque se serait produite tôt vendredi, mais le lieu exact de la frappe n'a pas été identifié.

Pas de confirmation

Un porte-parole de l'ambassade israélienne à Washington, Aaron Sagui, a fait savoir qu'il ne pouvait commenter l'information. Il a cependant ajouté qu'Israël était déterminé à prévenir le transfert d'armes chimiques de la part du régime syrien à des terroristes, surtout vers le Hezbollah, basé au Liban.

Pour sa part, l'ambassadeur syrien aux Nations unies avait déclaré n'avoir aucune information concernant une possible attaque en Syrie.

L'attaque est survenue quelques heures avant que le président américain Barack Obama, de passage au Costa Rica, ne révèle qu'il ne prévoyait pas l'envoi de soldats américains en Syrie, même s'il était prouvé que des armes chimiques ont été utilisées.Selon eux, l'attaque visant des armes qui étaient destinées au groupe militant libanais Hezbollah. Il ne s'agissait pas, toutefois, d'armes chimiques. Les sources ont requis l'anonymat puisqu'elle n'était pas autorisée à parler d'opérations militaires secrètes.

Avec les informations de Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !