•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commission Charbonneau : l'avertissement de Marois crée un malaise à Québec

Pauline Marois à la sortie du caucus

Radio-Canada

L'appel à la prudence lancé par le gouvernement Marois à l'endroit de la commission Charbonneau suscite de l'embarras dans les rangs péquistes et de vives dénonciations chez l'opposition.

Questionnée jeudi par les journalistes à la sortie du caucus sur les révélations de l'ex-organisateur politique Gilles Cloutier, qui a impliqué notamment l'ex-ministre péquiste des Transports Guy Chevrette, Pauline Marois a incité la commission à poursuivre ses travaux, mais avec prudence.

La commission doit faire son travail, et doit le faire avec prudence.

Pauline Marois
Le vice-premier ministre du Québec, François Gendron, n'aime pas la façon dont les choses se déroulent à la commission Charbonneau ces jours-ci.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le vice-premier ministre du Québec, François Gendron, n'aime la façon dont les choses se déroulent à la commission Charbonneau ces jours-ci.

Peu de temps auparavant, le vice-premier ministre, François Gendron, a lancé lui aussi un avertissement à la commission lors d'un point de presse, se disant indisposé par la façon dont les choses s'y déroulent. Il a lui aussi, à plusieurs reprises, exhorté la commission à « faire attention », que ces déclarations sont graves et qu'elles alimentent le cynisme envers les politiciens.

Ça m'indispose quand on ne fait pas attention. [...] Je suis un type qui a un nom, une crédibilité, je suis allé en politique pour contrer ce que l'on décrit, je pense que je suis un gars intègre et là, on y va ''all out'' comme si on était tous des pareils.

François Gendron

Déplorant le fait qu'on y aille à fond dans les allégations devant la commission, François Gendron a rappelé qu'on ne peut condamner qui que ce soit sur la base d'un seul témoignage.

Rappel à l'ordre du ministre de la Justice

Le malaise a été tel que le ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud, a dû se démarquer de sa première ministre en rappelant le principe d'indépendance de la commission.

« Elle [la présidente de la commission Charbonneau] est maître des témoins qu'elle appelle, elle est maître dans sa façon de procéder et moi, comme ministre de la Justice, je ne commenterai ni les témoignages ni la façon dont la commission Charbonneau se déroule », a-t-il dit.

À LIRE AUSSI : Retour, en citations et événements, sur une journée mouvementée à l'Assemblée nationale

L'opposition crie à l'ingérence

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière de justice, Gilles OuimetAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière de justice, Gilles Ouimet

Il va sans dire que de tels propos ont fait réagir les partis d'opposition à l'Assemblée nationale, qui ont vu dans cette réaction du gouvernement Marois une tentative d'ingérence dans les travaux de la commission chargée de faire la lumière sur la corruption et la collusion au sein de l'industrie de la construction.

En point de presse, le porte-parole de l'opposition officielle en matière de justice, Gilles Ouimet, a interprété la sortie de la Mme Marois et de M. Gendron comme une « menace voilée » de la part du pouvoir politique. 

Cet ancien bâtonnier du Québec a exhorté Pauline Marois à « corriger le tir » et à dissiper dans la population toute impression que son gouvernement s'ingère ou exerce une quelconque influence sur les travaux de la commission d'enquête.

Elle [Mme Marois] ne peut pas laisser dans la population cette idée qu'elle interfère, qu'elle a un rôle, qu'elle se mêle des travaux de la commission. C'est inacceptable.

Le député libéral Gilles Ouimet

De l'intimidation, selon les caquistes

Le ton est plus incisif du côté de la Coalition avenir Québec, dont le député Jacques Duchesneau a évoqué une volonté d'intimider la commission de la part du gouvernement.

Le député caquiste de Saint-Jérôme, Jacques DuchesneauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député caquiste de Saint-Jérôme, Jacques Duchesneau

Il y a des ministres qui ont perdu leur poste pour être intervenus auprès d'un juge privément. Là on le fait publiquement! C'est quasiment du bullying politique.

Jacques Duchesneau, député caquiste de Saint-Jérôme

Selon l'opposition, le gouvernement ne peut tout simplement pas s'ingérer de la sorte dans les travaux d'une commission indépendante qu'il a pourtant réclamée à grands cris lorsqu'il était sur les bancs de l'opposition.

Le chef de la CAQ, François Legault, dont le nom a été évoqué à la commission mercredi, parle d'une faute grave. « Je comprends qu'il y aura et qu'il y a déjà eu des gens honnêtes, intègres qui ont été mentionnés, moi le premier, hier (mercredi), mais on ne peut en aucun cas tolérer que la première ministre du Québec fasse des commentaires sur une commission indépendante. C'est une faute grave que vient de commettre Mme Marois », a-t-il indiqué.

« Grossière ingérence », dit Québec solidaire

Québec solidaire a joint sa voix au concert de dénonciations. Le député Amir Khadir a reproché à Mme Marois une « grossière ingérence », à la limite de « l'intimidation ». 

Les gens ne sont pas dupes, ils vont comprendre qu'à partir du moment où la commission a commencé à parler de quelques personnalités péquistes, là tout d'un coup Mme Marois trouve que la commission doit faire preuve de prudence. On n'avait pas besoin de prudence pendant les trois ans où moi et Mme Marois et ses collègues, on a critiqué le Parti libéral?

Le député Amir Khadir

Les partis d'opposition ont par conséquent demandé à Pauline Marois de présenter des excuses publiques pour ces déclarations de son gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique