•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ron Turcotte et Secretariat, 40 ans plus tard

Ron Turcotte, jockey légendaire

Le film « Ron Turcotte, jockey légendaire », du réalisateur Phil Comeau, produit par l'Office national du film du Canada.

Photo : Office national du film du Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ron Turcotte est une véritable légende vivante du monde hippique. Quarante ans après avoir raflé la triple couronne sur Secretariat, l'Acadien fait l'objet d'un documentaire de l'ONF, qui retrace le parcours de ce héros canadien des pistes américaines.

En 1973, cela faisait 25 ans que personne n'avait remporté la triple couronne. On se demandait si un jockey parviendrait encore à aligner des victoires au Derby du Kentucky, au Preakness Stakes et au Belmont Stakes.

Turcotte a non seulement réussi cet exploit, il a également établi les records – qui tiennent encore à ce jour – de ces trois pistes.

Mais Turcotte, comme plusieurs jockeys, a connu un destin tragique. Un accident au départ sur la piste du Belmont Stakes l'a laissé paraplégique en 1978.

Le documentaire, réalisé par Phil Comeau, accompagne Turcotte sur les lieux qui ont fait sa renommée et où il est maintenant considéré comme une légende. Le film sera disponible dès le 31 mai sur le site Internet de l'Office national du film.

La petite histoire de Secretariat

Le père de Secretariat, Bold Ruler, a été nommé cheval de l'année en 1957. Bold Ruler était la propriété de l'éleveur Ogden Phipps et était hébergé à l'écurie de Penny Chenery. Cette dernière ne chargeait aucuns frais pour l'hébergement, mais réclamait un descendant de Bold Ruler sur deux.

Pour se séparer la progéniture de Bold Ruler, Phipps et Chenery ont convenu de procéder à pile ou face. Chenery a perdu le tirage au sort. Elle a donc hérité d'un cheval à naître au printemps suivant, en 1970. Il a été nommé Secretariat.

Fort de 16 victoires en 21 courses, Secretariat a été nommé cheval de l'année en 1972 et en 1973. ESPN l'a classé au 35e rang des plus grands athlètes du 20e siècle. Deux autres chevaux seulement ont percé ce top 100, aux 84e et 97e rangs.

Un métier dangereux

Jockey est un métier à haut risque. Outre le casque et les bottes, un jockey ne dispose d'aucune protection. Les jockeys ont une petite stature. Ils pèsent habituellement entre 49 et 54 kg (de 108 à 118 lb). Le Derby du Kentucky leur impose une limite de 57 kg (126 lb) avec leur équipement.

Les jockeys doivent diriger des bêtes pesant jusqu'à 540 kg (1200 lb) et galopant à quelque 65 km/h entourées d'autres montures au même physique. Les accrochages sont parfois fatals.

Depuis 1940, plus de 150 jockeys ont perdu la vie en piste, soit une moyenne de plus de 2 par année. D'autres sont blessés gravement. Le Fonds des jockeys handicapés a été créé en 2006. Il vient en aide à quelque 60 jockeys.

 

 

Trente-neuf ans plus tard, la Commission des courses du Maryland corrige une injustice pour le légendaire cheval Secretariat et son jockey Ron Turcotte.

La victoire de Secretariat au Belmont Stakes, la dernière course de la triple couronne, en 1973 :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !