•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand les implants mammaires retardent la détection du cancer

Une radio de Calgary offre des implants mammaires à ses auditrices.

Photo : Donna McWilliam/AP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le dépistage d'un cancer du sein pourrait être retardé par la présence d'implants mammaires, affirment des chercheurs québécois, qui estiment que cette réalité pourrait avoir un impact sur la survie des femmes atteintes de ce cancer.

Ainsi, les femmes porteuses de prothèses mammaires avaient un risque accru de 26 % de faire l'objet d'un diagnostic tardif de leur cancer du sein.

Leur risque de mourir de ce cancer était supérieur de 38 % à celui encouru par des femmes non porteuses d'implants, mais ce résultat n'est basé que sur 5 des 12 études retenues.

Contexte

Au Canada, des milliers de femmes subissent chaque année une chirurgie d'augmentation mammaire. Environ 80 % d'entre elles le font pour des raisons purement esthétiques. Pour les autres, ces opérations servent à la reconstruction des seins après un cancer.

L'épidémiologiste Éric Lavigne et ses collègues de l'Université Laval ont réalisé une méta-analyse combinant les résultats de 12 études effectuées principalement aux États-Unis et au Canada.

Les explications

Les auteurs de cette étude publiée dans le British Medical Journal pensent que les implants (de silicone ou remplis de solution saline), peuvent gêner l'interprétation des images mammographiques parce qu'ils sont souvent radio-opaques, ce qui entraîne la possibilité de faux résultats négatifs en raison d'un manque de visibilité.

Ces résultats sont basés sur un nombre limité d'études, mais les chercheurs estiment qu'ils doivent maintenant être approfondis afin de bien comprendre l'impact des implants sur un diagnostic tardif du cancer. Selon eux, d'autres travaux sont nécessaires pour déterminer les effets à long terme sur la survie après un cancer du sein ou sur le retard au diagnostic.

Aucune étude n'a démontré à ce jour une augmentation du risque de développer un cancer du sein chez les porteuses de prothèses mammaires.

Le saviez-vous?

Chaque année au pays, quelque 22 000 femmes reçoivent un diagnostic de cancer du sein et plus de 5000 en meurent.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !