•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle collection autochtone au Musée McCord

Coiffure à plumes d’aigle, 1875-1925, Iyarhe Nakoda

Coiffure à plumes d’aigle, 1875-1925, Iyarhe Nakoda

Photo : Musée McCord, M5347

Radio-Canada

Le Musée McCord inaugure une exposition permanente : Porter son identité.

Elle regroupe des vêtements et des accessoires portés par les peuples autochtones du Canada, du Nouveau-Brunswick à la Colombie-Britannique, en passant par le Nunavut.

Situer les premiers peuples

Dès l'entrée, une carte du Canada localise la quarantaine de nations autochtones représentées. Des membres des différentes communautés ont prêté leur voix à l'exposition. La conservatrice, Guylaine Lemay, explique : « Quand ils se présentent, ils vont dire leur nom, leur nom autochtone et souvent la nation à laquelle ils appartiennent ainsi que l'endroit d'où ils viennent, puisque le territoire fait aussi partie de leur identité ».

Mocassins blancs, 1920, MîkisaskisinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mocassins blancs, 1920, Mîkisaskisin

Photo : Musée McCord, ME928.8.1-2

Du 19e siècle à aujourd'hui

Porter son identité réunit une centaine d'objets : des parkas de peaux de phoque, des mocassins et des robes brodées avec des perles et des piquants de porc-épic, des bijoux et des outils. L'artiste autochtone Nadia Myre a sélectionné les oeuvres contemporaines, à titre de conservatrice invitée du Musée McCord. L'exposition Porter son identité se termine avec la Loi sur les Indiens datant de 1914 qui interdisait aux Autochtones de porter leurs vêtements traditionnels à l'extérieur de leur réserve.

Collier 1900-1910 NiisitapiikwanAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Collier 1900-1910 Niisitapiikwan

Photo : Musée McCord, ACC1023

Mettre en valeur l'art autochtone

La culture des Autochtones a longtemps été réprimée, comme l'a démontré la Commission de vérité et réconciliation. Nadia Myre salue l'ouverture d'une salle dédiée aux premiers peuples : « Je trouve que l'expo arrive à un très bon moment pour continuer le travail qui a été fait avec la Commission de vérité et réconciliation depuis quelques années ». Selon Guylaine Lemay, la collection est une petite contribution pour montrer la richesse et la complexité de l'identité autochtone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Arts visuels

Arts