•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève dans le milieu carcéral : amende salée contre le syndicat

Des shérifs de l'Alberta établissent leur piquet de grève le matin du 30 avril 2013, devant le palais de justice où un juge a déclaré leur syndicat coupable d'outrage au tribunal, tard la veille.

Des shérifs de l'Alberta établissent leur piquet de grève le matin du 30 avril 2013, devant le palais de justice où un juge a déclaré leur syndicat coupable d'outrage au tribunal, tard la veille.

Photo : Terry Reith

Radio-Canada

Les gardiens de prison et les autres employés provinciaux de la justice n'ont pas repris le travail mardi, malgré l'expiration du délai au-delà duquel leur syndicat devait payer une amende de 250 000 $.

La veille, un juge avait déclaré le Syndicat des employés provinciaux de l'Alberta (AUPE) coupable d'outrage au tribunal.

Le juge John Rooke a condamné AUPE à payer une amende de 100 000 $ pour avoir poursuivi une grève illégale. Selon lui, le syndicat n'avait pas fait suffisamment d'efforts pour demander aux travailleurs de mettre fin à leurs moyens de pression.

Mais mardi, les grévistes ont maintenu leur piquet, faisant grimper l'amende à 250 000 $. Si l'action persiste demain, l'amende quotidienne atteindra 500 000 $.

Le président d'AUPE, Guy Smith, a précisé que son équipe juridique examinait le jugement, mais qu'en attendant, les piquets de grève resteraient devant le centre de détention provisoire d'Edmonton et les autres établissements judiciaires ou correctionnels visés.

M. Smith a ajouté que des discussions productives avaient eu lieu avec le vice-premier ministre Thomas Lukaszuk durant plusieurs heures, lundi soir. Il espère que le conflit pourra se régler rapidement, peut-être même mardi.

Selon le gouvernement albertain, les greffiers et le shérifs de Calgary, tout comme les agents de probation des régions rurales, auraient repris le travail. Ceux d'Edmonton seraient en discussion pour évaluer s'ils poursuivraient la grève.

Un mouvement qui a pris de l'ampleur

Lundi, la grève qui touche maintenant les agents correctionnels, des shérifs, des greffiers, des agents de probation et des travailleurs sociaux a ralenti les procédures judiciaires dans la plupart des tribunaux de la province.

Le mouvement de grève a débuté quand 70 employés du centre de détention provisoire d'Edmonton ont débrayé, vendredi après-midi.

Les grévistes estiment que le gouvernement ne tient pas compte de leurs inquiétudes au sujet de la sécurité du nouveau centre, inauguré en mars. Ils protestent aussi contre la suspension avec salaire de deux de leurs collègues qui se sont opposés à leurs conditions d'emploi.

Un avocat avait affirmé il y a une semaine qu'il était facilement entré dans le nouveau centre par une porte non sécurisée.

Alberta

Relations de travail