•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Clinique dentaire du CHUM : les dentistes ont tout encaissé

La clinique dentaire du CHUM

Le CHUM privé de revenus

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada a appris que le Centre hospitalier de l'Université de Montréal cherche à récupérer de l'argent non seulement auprès des chirurgiens esthétiques, mais également auprès de sa clinique dentaire.

Selon notre enquête, le CHUM n'aurait touché aucun revenu de sa clinique dentaire depuis une vingtaine d'années. Des revenus qui auraient été entièrement encaissés par les dentistes qui travaillent à l'hôpital.

La majorité des traitements faits à la clinique dentaire du CHUM ne sont pas assurés par la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ). Le CHUM a confirmé à Radio-Canada que pendant des années, bon nombre des patients ont payé en argent comptant les dentistes pour leur traitement.

Le centre hospitalier ne touchait pas un cent, même s'il fournit aux dentistes les locaux et les équipements.

Aucune transaction enregistrée depuis 2007

Dans un courriel rédigé par un administrateur et dont nous avons obtenu copie, il est écrit: « Ce sont les dentistes qui facturent les différents clients et encaissent l'argent pour leur honoraires et fournitures médicales ».

« [...] Il n'y a eu aucune transaction d'enregistrée dans nos livres depuis 2007. »

Pour Damien Contredinopoulos, chercheur à l'Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal, il est surprenant que le CHUM n'ait pas perçu d'argent à sa clinique dentaire.

« Ce qui est étonnant, c'est que pour exister ces pratiques vont devoir avoir l'accord tacite de plusieurs individus dans l'établissement. Alors c'est étonnant que personne depuis 2007 n'ait rien remarqué ou n'ait rien dit », soutient-il

Selon nos informations, le CHUM se prive de ses revenus depuis plus de 20 ans. Ce sont des centaines de milliers de dollars qui n'ont pas été encaissés par l'hôpital.

L'argent perçu auprès des patients était conservé dans un coffre-fort puis utilisé pour payer les dentistes.

Une pratique indéfendable, selon le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du CHUM.

« J'ai été surpris et je suis encore surpris d'entendre qu'il y a des individus qui sont prêts à payer cash des médecins ou des dentistes à l'intérieur ou l'extérieur du CHUM », s'étonne Paul Perrotte, président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du CHUM.

Surpris, mais incapable d'expliquer pourquoi le CHUM n'encaisse aucun argent depuis tant d'années.

Yvan Gendron, directeur général associé du  CHUMAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon Yvan Gendron, directeur général associé du CHUM, il n'y a pas d'explication valable à cette pratique.

« Il n'y a pas d'explication valable, ça aurait dû être chargé depuis le début. Mais il n'y a pas eu de pratique à ce niveau, puis là il faut l'instaurer », dit le directeur général associé du CHUM, Yvan Gendron.

Ce n'est que depuis le 25 mars dernier que l'hôpital touche 54 $ pour chaque visite à la clinique dentaire.

La haute direction du CHUM demande maintenant à ses patients de payer à un guichet et non plus directement aux dentistes. Le CHUM songe aussi à demander une contribution aux dentistes.

Les dentistes à qui nous avons parlé affirment qu'ils n'ont pas à payer pour utiliser les équipements du CHUM. Ils considèrent qu'ils demandent déjà 20 % moins cher aux patients de l'hôpital qu'en clinique privée.

Un reportage de Christian Latreille

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !