•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inauguration de la bibliothèque présidentielle George W. Bush

Le président Barack Obama flanqué de George W. Bush, Bill Clinton, George Bush père et Jimmy Carter.

Le président Barack Obama flanqué de George W. Bush, Bill Clinton, George Bush père et Jimmy Carter.

Photo : David J. Phillip

Radio-Canada

L'ex-président des États-Unis George W. Bush a inauguré jeudi midi en présence d'une foule nombreuse le centre présidentiel qui porte son nom à Dallas, au Texas. Lors de cette cérémonie, le président Obama a rappelé les grands moments de la carrière du Texan.

Le président Obama et les trois ex-présidents ont été accueillis par une foule de 8000 personnes où se trouvaient d'anciens responsables de la Maison-Blanche et d'anciens leaders étrangers venus assister à l'inauguration du Centre présidentiel George W. Bush.

Au cours de son allocution, Barack Obama a souligné la force et la détermination dont son prédécesseur a fait preuve au cours des deux mandats qu'il a passés à la Maison-Blanche, particulièrement après les attentats du 11 septembre 2001.

Le président Bill Clinton a pour sa part salué les efforts du président Bush dans la lutte contre le sida en Afrique et dans le financement de la reconstruction d'Haïti touchée par le tremblement de terre de janvier 2010.

Outre Barack Obama et Bill Clinton, George Bush père et Jimmy Carter étaient présents.

Bill Clinton, à gauche, avec sa femme, l'ex-secrétaire d'État Hillary Clinton et l'ancien président Jimmy Carter avec son épouse, Rosalynn Carter.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bill Clinton, à gauche, avec sa femme, l'ex-secrétaire d'État Hillary Clinton et l'ancien président Jimmy Carter avec son épouse, Rosalynn Carter.

Photo : Tony Gutierrez

Barack Obama a aussi salué la persévérance et travail de George W. Bush. Il a ajouté que si le Congrès adoptait la réforme sur l'immigration, ce serait en grande partie grâce au travail acharné de George W. Bush.

Érigé sur le campus de l'Université méthodiste de Dallas, le centre présidentiel invitera les visiteurs à examiner les principales politiques de George W. Bush, notamment en ce qui concerne la guerre en Irak et la lutte contre le sida.

On pourra aussi y observer le porte-voix électrique que l'ancien président a utilisé pour s'adresser à une foule de secouristes trois jours après les attentats du 11 septembre 2001.

La bibliothèque présidentielle de M. Bush hébergera quant à elle 70 millions de pages de documents, 200 millions de courriels, 4 millions de photos numériques et environ 43 000 objets divers, dont deux pièces d'acier des tours du World Trade Center.

À l'aise avec sa décision d'envahir l'Irak

Dans un entretien diffusé sur ABC, mercredi, l'ancien chef d'État a affirmé être « à l'aise » avec sa décision d'envahir l'Irak. « Je pense que le renversement de Saddam Hussein était la bonne décision, non seulement du point de vue de notre sécurité, mais aussi pour donner aux Irakiens la possibilité de vivre dans une société libre ».

L'histoire jugera tout cela, et je ne serai plus là pour le voir. En ce qui me concerne, le débat est clos. J'ai fait ce que j'ai fait. Et en définitive, ce sont les historiens qui jugeront cette décision

George W. Bush

L'invasion américaine, justifiée en 2003 par la menace d'armes de destruction massive jamais retrouvées, avait rapidement abouti au renversement de Saddam Hussein. Les Américains avaient ensuite été confrontés à une insurrection prolongée sur le terrain.

Le président Barack Obama a finalement retiré les dernières troupes américaines d'Irak fin 2011.

Son petit frère à la Maison-Blanche?

Une réplique du bureau ovale, dans le Centre présidentiel George W. Bush de Dallas (Texas), inauguré le 25 avril 2013.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une réplique du bureau ovale est visible dans le centre présidentiel George W. Bush de Dallas (Texas), inauguré le 25 avril 2013.

Photo : David J. Phillip

Dans la même entrevue, l'ex-président a encouragé son petit frère Jeb à se lancer dans la course à la Maison-Blanche pour 2016, soulignant qu'il serait « un candidat merveilleux ».

L'ancien gouverneur de Floride, Jeb Bush, pourrait faire figure de favori côté républicain dans la course à l'investiture pour la présidentielle américaine de 2016.

S'il accédait à la Maison-Blanche, il y succéderait à son frère, mais aussi à son père, George H. Bush, du jamais vu dans l'histoire politique américaine.

Avec les informations de Associated Press, La Presse canadienne, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International