•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ressources pour les victimes de cyberintimidation

Cyberintimidation

Photo : iStock Photo

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Centre canadien de protection de l'enfance, situé à Winnipeg, au Manitoba, lance un site Internet afin d'aider les adolescents qui font face à un problème de cyberintimidation.

Le site AidezMoiSVP.ca explique aux jeunes comment une photo ou une vidéo à connotation sexuelle peut être retirée des réseaux sociaux. Le site donne aussi aux adolescents des ressources pour les aider à trouver de l'aide, en cas d'intimidation.

Le président du syndicat des enseignants de la Division scolaire franco-manitobaine, Richard Allarie, a été témoin de la montée du phénomène dans les cinq dernières années. Selon lui, les parents aussi doivent être sensibilisés au problème.

« Tout se fait à l'extérieur. Ensuite, les directions d'écoles et les enseignants doivent intervenir sur des choses qui, essentiellement, ne se passent pas à l'école, mais plutôt à la maison », explique-t-il.

Signy Arnason, du Centre canadien de protection de l'enfance, est convaincue que le site Internet de son organisme aidera les jeunes.

« La dernière chose que nous voulons, ce sont de nouvelles tragédies impliquant des jeunes », lance-t-elle.

Dans les dernières semaines, le cas de Rehtaeh Parsons, en Nouvelle-Écosse, a relancé le problème de l'intimidation sur les médias sociaux. L'adolescente se serait enlevé la vie après avoir été victime d'une agression sexuelle et de cyberintimidation.

Quelques semaines auparavant, le suicide de la jeune Amanda Todd, elle aussi après des années d'intimidation, avait aussi bouleversé la population.

Le reportage de Josiane Pelosse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !