•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phoenix Sinclair : détails violents sur le meurtrier

Phoenix Sinclair

Phoenix Sinclair

Photo : Commission d'enquête

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La commission d'enquête sur les circonstances entourant la mort de la pupille de l'État Phoenix Sinclair a entendu mardi des détails sur l'homme qui a tué la fille de cinq ans, en 2005.

En 2008, Karl Wesley McKay, ainsi que la mère de l'enfant, Samantha Kematch, ont été reconnus coupables de meurtre prémédité.

Ils purgent tous les deux des peines de prison à vie.

Une nièce témoigne

La nièce de M. McKay, Ashley Roulette, a raconté à la commission que son oncle était de nature belliqueuse et qu'il n'avait pas peur de lever la main, surtout contre des femmes et des enfants.

Elle a affirmé avoir été elle-même agressée physiquement par son oncle à l'âge de 16 ans, lorsqu'il l'aurait frappée d'un coup de poing et lui aurait infligé des yeux au beurre noir.

Lors d'un contre-interrogatoire, Mme Roulette a expliqué ne pas avoir contacté les Services à l'enfant et à la famille du Manitoba parce qu'elle « n'était qu'une enfant ».

Des adultes au courant des comportements violents auraient pu les appeler, a-t-elle ajouté.

Une permission parentale

Une autre nièce de M. McKay, Lisa Marie Bruce, a souligné avoir appelé les services sociaux, qui lui ont précisé que son jeune âge de 18 ans ne lui permettait pas de déposer un témoignage. Il fallait qu'elle obtienne une permission parentale.

Cette information, qui a surpris la commission, n'avait pas été fournie à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) lors du procès criminel.

Mme Bruce, aujourd'hui âgée de 25 ans, s'est occupée de Phoenix Sinclair de temps à autre et a déclaré à la commission que l'enfant ne lui avait jamais causé d'ennui.

Par contre, a-t-elle expliqué, Karl McKay et Samantha Kematch semblaient refuser toute attention chaleureuse envers la petite dès sa naissance, si bien que l'enfant est devenue plus renfermée.

Mme Bruce affirme avoir vu M. McKay mettre Phoenix Sinclair à terre et l'avoir appelée par un nom grossier, qu'a également repris sa compagne au moment des faits.

La commission d'enquête est ouverte depuis septembre et tente de comprendre pourquoi le système d'assistance sociale du Manitoba n'a pu effectuer son travail de protection correctement.

Les restes de Phoenix Sinclair ont été retrouvés en 2006 près du dépotoir de la réserve Fisher River, à 150 kilomètres au nord de Winnipeg.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !