•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Venezuela : 7 morts et 61 blessés dans des manifestations

Des opposants au nouveau président Nicolas Maduro affrontent la police dans les rues de Caracas.

Des opposants au nouveau président Nicolas Maduro affrontent la police dans les rues de Caracas.

Photo : AFP / LEO RAMIREZ

Radio-Canada

Les manifestations dénonçant l’élection de Nicolas Maduroà la présidence du Venezuela, lundi soir, ont fait 7 morts et 61 blessés, selon les autorités. Les partisans de l’opposition poursuivent malgré tout leurs rassemblements à travers le pays.

Les militants de l’opposition réclament un recomptage des votes pendant que le candidat défait, Henrique Capriles, refuse de reconnaître sa défaite. 

« À la suite de ces violences, sept Vénézuéliens sont morts, parmi eux un fonctionnaire de police de l'État de Tachira », a annoncé le procureur général Luisa Ortega en précisant que 135 personnes avaient été arrêtées au cours des manifestations.

Un partisan de M. Maduro, âgé de 45 ans, a notamment été tué au cours de manifestations en périphérie de la capitale.

Les deux camps se renvoient la balle quant à la responsabilité des violences. « Ils ont été tués par les hordes fascistes », a déclaré M. Maduro à la télévision, après avoir accusé son adversaire de tenter d'orchestrer un « coup d'État ». Il a également qualifié la demande de recomptage de l'opposition de « caprices de bourgeois ».

De son côté, le camp de Capriles rejette la responsabilité des violences sur le gouvernement. « L'illégitime [Nicolas Maduro] et son gouvernement ont ordonné la violence pour éviter le comptage des votes! Ce sont eux les responsables! »

Des partisans du candidat de l'opposition, Henrique Capriles, tiennent une affiche à son effigie à Barquisimeto, le 11 avril 2013Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des partisans du candidat de l'opposition, Henrique Capriles

Photo : AFP / RAUL ARBOLEDA

M. Capriles a appelé ses partisans à se rassembler devant les centres régionaux du Conseil national électoral (CNE) pour protester contre la reconnaissance de la victoire de Maduro. Le dauphin d'Hugo Chavez a ainsi soufflé la victoire à Capriles par un score serré de 50,75 % contre 48,97 %.

Selon les résultats annoncés par le Conseil national électoral (CNE), environ 235 000 votes séparent les deux candidats. La participation à ce scrutin présidentiel s'est élevée à 78,71 %.

Des membres du gouvernement ont accusé des manifestants d'avoir attaqué le domicile de la présidente du CNE, Tibisay Lucena. Ciblée par l'opposition, cette dernière a assuré que le système de vote électronique utilisé au Venezuela est infaillible. Elle suggère à M. Capriles de se tourner vers le système judiciaire s'il veut contester l'élection plutôt que de brandir des « menaces ».

« Je n'ai aucun doute sur le résultat du CNE, mais je crois qu'il est important de rassurer les gens » qui se posent des questions, a ajouté un membre du CNE réputé proche de l'opposition, Vincente Diaz.

Le nouveau président vénézuélien a interdit un rassemblement de l'opposition prévu pour mercredi à Caracas.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

International