ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trépanier donnait au PLQ, mais nie avoir collecté pour le parti

Bernard Trépanier

Radio-Canada

Généreux donateur au PLQ, l'ex-argentier du parti de Gérald Tremblay soutient cependant n'avoir jamais fait de financement pour le Parti libéral du Québec, comme l'avait affirmé Michel Lalonde lors de son témoignage en janvier devant la commission Charbonneau.

Un texte de Bernard Leduc (Nouvelle fenêtre) avec François Messier (Nouvelle fenêtre)

Lire aussi :Trépanier s'empêtre dans descontradictions

Bernard Trépanier et son épouse ont contribué pour quelque 25 000 $ au PLQ, entre 2003 et 2009, selon les données du directeur général des élections du Québec. Ils ont donné, presque chaque fois, le maximum permis par la loi.

Mais l'ex-argentier d'Union Montréal dément que la rencontre du 26 février 2007 au club 357c avec l'ex-ministre libérale Line Beauchamp, à laquelle avait fait référence le président de Génius Conseil dans son témoignage, visait à faire du financement pour les libéraux.

Michel Lalonde, qui a participé à cette rencontre, avait soutenu que M. Trépanier lui avait demandé d'apporter pour l'occasion 2000 $ pour le PLQ.

Est-ce que vous vous rappelez qu'il vous a dit : "Apporte 2000 pour le Parti libéral du Québec? " », demande le procureur en chef adjoint, Me Gallant « Oui. C'est ça qu'il m'a dit. [...] Pour le Parti libéral du Québec. Pour Line Beauchamp.

Échange entre M. Lalonde et Me Gallant lors de son témoignage de janvier

Le PDG de Génius avait dit avoir apporté la somme en argent liquide le matin même et l'avoir remis « discrètement » à Bernard Trépanier dans une salle de conférences du club privé, avant l'arrivée de la ministre Beauchamp.

Mais Bernard Trépanier nie tout. Il soutient en fait n'avoir « jamais participé à aucun financement de Mme Beauchamp ». Il nie tout aussi avoir mis son vaste réseau de contacts au service de Mme Beauchamp, qui était alors directrice du PLQ pour la campagne électorale qui venait d'être lancée.

Monsieur Lalonde ne m’a jamais donné 2000 $

Bernard Trépanier
Pierre Bibeau et Line Beauchamp

Pierre Bibeau et Line Beauchamp

Il affirme, tout au plus, que l'ex-vice-président aux communications de Loto-Québec Pierre Bibeau, alors conjoint de Mme Beauchamp et organisateur libéral, lui avait demandé de s'assurer que Frank Zampino soit présent à la rencontre: « C'était la seule tâche que j'avais ».

« M. Bibeau n'avait pas besoin de mon réseau », a dit M. Trépanier.

Il ne peut cependant expliquer pourquoi M. Bibeau, qui connaissait bien aussi M. Zampino, est passé par lui pour s'assurer de sa présence au club privé.

Outre les personnes mentionnées se trouvaient à cette rencontre Paolo Catania, de Frank Catania et associés, Frank Minicucci, « bras droit » de Tony Accurso, les ingénieurs Pierre Lavallée (BPR), Rosaire Sauriol (Dessau) et Yves Théberge (CIMA).

Une seconde rencontre eu lieu au 357c en mai de la même année et réunissant les mêmes personnes. Il croit que, là encore, M. Bibeau lui a demandé d'inviter l'ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal.

M. Trépanier a aussi convenu avoir donné un coup de main pour organiser la première campagne électorale de l'ex-ministre libéral Tony Tomassi.

Lors d'une entrevue accordée fin novembre 2012, après que sa présence au 357c eut été rendue publique par la commission, l'ex-ministre Beauchamp a reconnu avoir participé aux deux rencontres, mais insisté sur le fait qu'il ne s'agissait pas d'activités de financement pour son parti.

Pierre Bibeau avait par ailleurs déjà été éclaboussé par Lino Zambito lors de son témoignage devant la commission Charbonneau. M. Zambito avait soutenu avoir versé 30 000 $ en argent comptant à cet ex-organisateur libéral, dans la foulée d'une activité de financement organisée au profit de l'ex-ministre de l'Environnement du Québec Line Beauchamp, au printemps 2009.

M. Bibeau avait dénoncé « vivement les allégations portées ». Il a par la suite été affecté, par Loto-Québec, à d'autres tâches dans la foulée du scandale, puis s'est absenté pour un congé de maladie.

Dons de Bernard Trépanier et de son épouse au PLQ entre 2003 et 2009

Dons de Bernard Trépanier et de son épouse au PLQ entre 2003 et 2009

Le procureur de la commission, Denis Gallant, va interroger mardi M. Trépanier sur le scandale immobilier Faubourg Contrecoeur, dans lequel il est accusé de fraude, de complot, et d'abus de confiance. Cette partie de témoignage sera frappée d'un interdit de publication à la demande du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

La commission a confirmé lundi que Frank Zampino succédera à Bernard Trépanier à la barre des témoins. L'ex-maire Gérald Tremblay devrait être appelé à la barre par la suite. Lire sur le sujet : « Un jour, justice sera rendue »... et Qui savait quoi? La collusion en 17 citations

Bernard Trépanier et Frank Zampino

Bernard Trépanier et Frank Zampino

Photo : Luc Lavigne

Société