•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier cas de grippe aviaire à Pékin

Une marchande vend des volailles dans un marché chinois, malgré les craintes entourant la propagation vers l'humain de la souche H7N9 de la grippe aviaire

Une marchande vend des volailles dans un marché chinois, malgré les craintes entourant la propagation vers l'humain de la souche H7N9 de la grippe aviaire

Photo : AFP / STR

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les autorités chinoises ont signalé un premier cas d'infection humaine à la grippe aviaire dans la région de Pékin.

Jusqu'à présent, seuls des habitants de l'est de la Chine avaient été touchés par le virus H7N9. Ils étaient les premiers humains à être infectés par cette souche de la grippe, qui frappait uniquement les volailles.

Une quarantaine de cas ont été découverts dans les dernières semaines et 11 personnes en sont mortes. Les autorités municipales de Shanghai ont pris de nombreuses mesures pour limiter la propagation, abattant des milliers de poulets et fermant temporairement les marchés qui vendent des volailles vivantes.

À Pékin, la personne porteuse du virus H7N9 est une fillette de 7 ans. Son état de santé a été qualifié de stable. Elle repose dans un hôpital de la capitale chinoise.

L'Organisation mondiale de la santé soutient qu'il n'existe pas de cas de transmission du virus d'homme à homme. L'agence internationale a toutefois l'intention d'envoyer des experts dans les régions touchées afin d'en savoir plus sur le virus.

Selon l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), la situation est rendue complexe par le fait que la détection du virus H7N9 chez les volailles est « très difficile » tandis que les symptômes de la maladie sont beaucoup plus sévères chez l'homme.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !