•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuite de gaz sur le site du puits Haldimand no 1

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Pétrolia en préparation

Pétrolia en préparation

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon un rapport d'inspection du ministère de l'Environnement, du gaz s'échappe de deux puits d'observation situés près de celui de Pétrolia, Haldimand no 1, à Gaspé.

D'après des documents obtenus par le regroupement Ensemble pour l'avenir durable du Grand Gaspé en vertu de la Loi d'accès à l'information, deux fuites de gaz ont été repérées lors de la visite des fonctionnaires. Une fuite a été observée à 43 m du puits d'observation du forage et l'autre à 500 m du puits, dans le chemin d'accès. Ces deux puits ont été creusés pour une étude menée par des chercheurs de l'INRS. Du gaz a aussi été détecté sur le terrain dans les deux puits d'observation.

Toutefois, il s'agirait possiblement, selon le ministère, d'un gaz biogénique qui n'aurait pas vraiment de lien établi avec un forage pétrolier, de l'aveu de la porte-parole du Regroupement Ensemble pour l'avenir durable du Grand Gaspé, Lise Chartrand.

Selon Pétrolia, le gaz a été détecté dans deux puits d'observation de l'INRS qui mène des études sur la nappe phrétique.  

Dans son rapport, le ministère indique qu'il écrira à la compagnie pour signaler la présence du gaz et prévoit prélever un échantillon d'eau pour identifier la signature du gaz.

Le rapport a été produit en septembre dernier. Sept mois plus tard, Mme Chartrand dénonce le fait que ce gaz n'a pas encore été identifié et que le risque d'explosivité n'a pas été évalué. « Ni son comportement, ni s'il traverse la nappe phréatique, les directions qu'il va prendre, son degré de toxicité, on en sait rien », poursuit Mme Chartrand. Cette dernière ajoute que le ministère ne peut pas dire si le gaz est présent dans l'eau.

La Ville et les citoyens n'ont pas été mis au courant. Son regroupement a dû, souligne-t-elle, faire appel à Loi d'accès à l'information pour en savoir plus sur les processus d'inspection.

Le regroupement rappelle que Pétrolia a eu recours à l'article 25 de la Loi sur l'accès aux documents des organismes pour empêcher des citoyens de l'île d'Anticosti d'obtenir des informations sur une fuite de méthane observée sur le site d'un puits exploratoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec