•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anarchopanda a retrouvé sa tête

Anarchopanda arrive à la Cour supérieure pour faire invalider un règlement contre le port du masque.

Anarchopanda arrive à la Cour supérieure pour faire invalider un règlement contre le port du masque.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La mascotte des manifestations étudiantes du printemps 2012 a retrouvé une partie importante de son charisme : sa tête.

Le Service de police de la Ville de Montréal avait confisqué la tête d'Anarchopanda vendredi dernier, au cours d'une manifestation tenue au centre-ville de la métropole.

La police affirmait que ses agents n'avaient fait qu'appliquer le règlement municipal P-6, qui interdit le port du masque lors de manifestations. L'homme qui incarne Anarchopanda, un professeur de philosophie dans un cégep montréalais, a également reçu une contravention pour participation à une manifestation illégale, tout comme 278 autres personnes qui prenaient part au rassemblement.

Le porte-parole du SPVM avait ensuite affirmé que le masque était considéré comme une pièce à conviction qui pourrait être utilisée en cour.

Sur la page Facebook d'Anarchopanda, la mascotte a confirmé le retour de sa tête, mercredi avant-midi. Il souligne que la publicité entraînée par la confiscation de son masque aura permis de faire connaître davantage le combat actuel qu'il mène contre le règlement municipal P-6, qui encadre les manifestations depuis le printemps 2012.

Il remercie d'ailleurs le SPVM d'avoir provoqué une telle couverture médiatique sur le règlement municipal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !