•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attachez vos ceintures, turbulences en vue

Un avion en vol

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les voyageurs habitués à des trajets au-dessus de l'Atlantique Nord devront s'adapter à de nouvelles conditions de vol dans les 40 prochaines années.

Le Dr Paul Williams et ses collègues de l'Université de Reading affirment que les avions affronteront de plus intenses turbulences atmosphériques durant les mois d'hiver.

Ces turbulences se traduisent par des secousses plus ou moins fortes et plus ou moins inconfortables qui peuvent même entraîner des blessures aux passagers et des dégâts aux avions.

La zone de turbulenceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La zone de turbulence

Photo : Université de Reading

Selon les chercheurs, cette instabilité atmosphérique pourrait doubler d'ici 2050 et leur force moyenne va augmenter de 10 % à 40 %. La raison : l'impact des changements climatiques sur les courants-jets (jet-stream).

Les zones « à risque » de turbulences dangereuses pour les avions pourraient même doubler de taille pendant la même période. Déjà, depuis quelques décennies, les avions affrontent des vents plus forts.

La sécurité des vols ne sera pas affectée pour autant, mais un ciel plus perturbé pourrait avoir des effets sur le portefeuille des passagers. Selon les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Nature Climate Change, le prix des billets augmentera en raison de la quantité de carburant supplémentaire que nécessitera le parcours.

Le saviez-vous?

Les turbulences atmosphériques au-dessus de l'Atlantique Nord frappent particulièrement à environ 10 kilomètres d'altitude, une zone dans laquelle volent 600 avions de ligne quotidiennement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !