•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des proches d'une Winnipégoise veulent rouvrir le débat sur le suicide assisté

Susan Griffiths accorde une entrevue à la caméra de Radio-Canada dans sa résidence de Winnipeg, juste avant son départ pour la Suisse, le 5 avril 2013.

Susan Griffiths accorde une entrevue à la caméra de Radio-Canada dans sa résidence de Winnipeg, juste avant son départ pour la Suisse.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des amis et des membres de la famille de Susan Griffiths, qui souffre d'une maladie dégénérative incurable et qui s'est rendue en Suisse pour recourir au suicide assisté, veulent poursuivre sa quête et rouvrir le débat sur cet enjeu.

Au cours des prochains jours, Mary Dixon enverra aux députés de la Chambre des communes une lettre signée par son amie pour les inviter à rouvrir le débat sur la légalisation du suicide assisté.

Susan a écrit une lettre expliquant sa situation et demandant aux députés de se pencher de nouveau sur la question

Une citation de :Mary Dixon

« Je suis triste qu'elle soit partie, mais elle est en Europe et sera avec sa famille là-bas. Je suis contente pour elle, car c'est exactement ce qu'elle voulait », poursuit-elle.

Ces 286 lettres ont été rédigées au nom de Susan Griffiths et envoyées aux députés fédéraux pour réclamer l'ouverture du débat sur le suicide assisté au Canada, le 9 avril 2013.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ces 286 lettres ont été rédigées au nom de Susan Griffiths et envoyées aux députés fédéraux pour réclamer l'ouverture du débat sur le suicide assisté au Canada. Mme Griffiths, de Winnipeg, est partie en Suisse pour un suicide assisté.

Photo : Nelly Gonzalez

Susan Griffiths est atteinte d'atrophie multisystématisée, un ensemble de maladies associées au manque de dopamine dans certaines parties du cerveau. Elle ne veut pas dilapider son héritage dans des soins dispendieux, ni que les siens n'assistent à sa décrépitude.

Un porte-parole du ministère de la Justice a toutefois précisé que le gouvernement n'entend pas rouvrir le débat.

En Colombie-Britannique, une bataille juridique a lieu en Cour d'appel. Le gouvernement fédéral conteste une décision d'un juge de première instance qui a annulé un article du Code criminel interdisant le suicide médical assisté. Il a aussi demandé à Ottawa de réécrire la loi.

En 1993, la Cour suprême du Canada avait rejeté la demande de Sue Rodriguez (Nouvelle fenêtre) qui revendiquait le droit au suicide assisté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !