•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Canadienne se rend en Suisse pour un suicide assisté

Susan Griffiths accorde une entrevue à la caméra de Radio-Canada dans sa résidence de Winnipeg, juste avant son départ pour la Suisse, le 5 avril 2013.

Susan Griffiths accorde une entrevue à la caméra de Radio-Canada dans sa résidence de Winnipeg, juste avant son départ pour la Suisse.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une Canadienne de 72 ans atteinte d'une maladie dégénérative incurable a pris l'avion pour la Suisse, où elle pourra recourir à un suicide assisté.

Susan Griffiths, de Winnipeg, souffre d'atrophie multisystématisée, un ensemble de maladies associées au manque de dopamine dans certaines parties du cerveau.

Aucun traitement n'existe pour cette rare maladie qui entraîne de vives douleurs et qui détruit le corps peu à peu.

Pourtant, au cours de sa vie, Mme Griffiths a été une personne physiquement active.

Elle est désormais confinée à un fauteuil roulant et consomme de plus en plus de médicaments antidouleurs, sachant que son état ne cessera de se détériorer.

Susan Griffiths a préparé sa mort qui surviendra dans environ deux semaines dans une clinique de Zurich spécialisée dans le suicide assisté. Elle ne veut pas que les membres de sa famille assistent à sa déchéance et à la dilapidation de son argent dans de dispendieuses résidences spécialisées.

Avant de partir pour la Suisse, Susan Griffiths a écrit aux députés de la Chambre des communes pour les inviter à rouvrir le débat sur la légalisation du suicide assisté.

Elle a passé ses derniers jours au Canada en compagnie d'amis et de membres de sa famille avant de prendre l'avion en compagnie de sa bru, Dana.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !