•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mise en chantier de la cimenterie de Port-Daniel-Gascons pourrait être retardée

Port-Daniel-Gascons
Port-Daniel-Gascons

Les promoteurs du projet de cimenterie à Port-Daniel-Gascons ont déposé jeudi la mise à jour de l'étude d'impact environnementale exigée par le gouvernement du Québec.

Mais l'analyse du document de 2000 pages pourrait prendre de trois à quatre mois ce qui pourrait retarder le chantier de 700 millions de dollars prévu en août.

« On a fait nos devoirs et on a soumis les mises à jour qui sont complètes à notre sens. On verra jusqu'à quel point le ministère (de l'Environnement) peut avoir des questions », indique le porte-parole de Ciment McInnis, Denis Boucher.

Modélisation du projet de cimenterie de Port-Daniel-GasconsModélisation du projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons

Le ministre responsable de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Gaétan Lelièvre, n'exclut pas la tenue d'une consultation du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

« Le dépôt des documents qui datent à peine de quelques jours, c'est l'élément qui nous manquait pour se positionner comme gouvernement », souligne le ministre.

Selon les promoteurs, 600 emplois directs seraient créés durant la construction de la cimenterie.

On a attendu 30 ans, on peut attendre encore trois mois. 

Maurice Anglehart, maire de Port-Daniel-Gascons

Un projet de longue date

Même si le projet avance peu à peu, certains demeurent sceptiques quant à son issue.

« Beaucoup de gens ont beaucoup de difficulté à croire au projet, parce que ça fait longtemps qu'on en parle. Je pense que cette fois-ci, c'est la bonne, mais ça reste à prouver encore à la population », affirme la porte-parole du comité de suivi de Ciment McInnis, Anick Langlois.

De son côté, le député de Bonaventure, Sylvain Roy, croit que le report de quelques mois du lancement du chantier de la cimenterie est nécessaire si cela peut éviter un BAPE. « Il vaut mieux le faire bien tout de suite et repousser le projet », soutient Sylvain Roy.

Dès que Ciment McInnis obtiendra le feu vert du Ministère de l'Environnement, l'entreprise pourra solliciter les banquiers pour compléter son montage financier.

Est du Québec

Économie