•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rapport indépendant sur les inondations manitobaines de 2011 est attendu

Des terres inondées près du lac Manitoba en 2011

Des terres inondées près du lac Manitoba en 2011.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les victimes des inondations de 2011 attendent la publication, vendred,i du rapport indépendant sur la façon dont le gouvernement a géré l'événement.

Le rapport devrait compter 200 recommandations. Certaines d'entre elles forceraient les résidents qui vivent à proximité du lac Manitoba à s'établir à des hauteurs plus élevées que dans le passé, selon ce qu'ont révélé des sources au réseau anglais de Radio-Canada.

Un homme qui a perdu sa résidence de Twin Lakes Beach durant les inondations n'est pas surpris; il affirme que la province lui a déjà demandé de reconstruire sa maison sur des pilotis de trois mètres de haut. « Construire plus haut ne règle pas le problème. Garder les eaux basses, oui », a ajouté Fred Pisclevich.

M. Pisclevich fait partie des victimes des inondations qui ont intenté une poursuite de 260 millions de dollars contre la province plus tôt cette année, soutenant avoir été sacrifiées au profit de Winnipeg. M. Pisclevich espère que le rapport prendra le parti de ceux qui demandent un débouché supplémentaire pour le lac Manitoba.

Le canal de dérivation Portage a servi en 2011 à rediriger les eaux de crue de la rivière Assiniboine jusqu'au lac Manitoba, 29 kilomètres au nord, à partir d'une entrée près de Portage la Prairie. Winnipeg se situe à quelque 80 kilomètres en aval de cette structure.

Prendre en compte les changements climatiques

Le rapport recommanderait également de prendre en compte les changements climatiques dans la gestion des inondations, selon des sources. L'une d'elles a soutenu que « concevoir des structures pour contrôler les inondations sans penser aux changements climatiques est une mauvaise politique ».

Le président du groupe de travail chargé du rapport, David Farlinger, soutient que la publication arrive sept mois plus tard que prévu en raison de l'étendue et de la gravité des inondations de 2011.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !