•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

BRICS : la Banque mondiale offre son aide

Le président sud-africain Jacob Zuma et son homologue russe Vladimir Poutine lors du sommet des pays du BRICS, à Durban

Le président sud-africain Jacob Zuma et son homologue russe Vladimir Poutine lors du sommet des pays du BRICS, à Durban

Photo : AFP / ALEXANDER JOE

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Banque mondiale se dit prête à collaborer avec le nouvel outil de développement dont veulent se munir les principales économies émergentes.

Le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud, qui forment le BRICS, sont réunis en sommet à Durban, en Afrique du Sud. Ils ont annoncé mardi s'être mis d'accord pour la création d'une banque de développement commune, destinée notamment à financer différents projets d'infrastructures dans les pays émergents.

Les pays du BRICS veulent ainsi contrer la domination du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, et ainsi s'affranchir du financement des pays occidentaux.

La Banque mondiale a indiqué être « prête à travailler étroitement » avec la nouvelle banque de développement.

« Nous saluons la création d'une banque de développement par les pays des BRICS et nous sommes prêts à travailler étroitement avec cette nouvelle banque pour mettre un terme à la pauvreté », peut-on lire dans un communiqué de l'institution financière.

« Nous avons hâte de partager notre expertise », ajoute la Banque mondiale, rappelant toutefois la complexité d'une telle entreprise.

Encore des désaccords

Si l'accord de principe a été conclu et qu'on sait déjà que la banque de développement devrait être dotée d'un capital de départ de 50 milliards de dollars, les délégations ne s'entendent pas sur certains points. 

Par exemple, les pays impliqués n'ont pas encore réussi à s'entendre sur les modalités de financement du fonds. Certains arguent que tous les pays devraient contribuer à raison d'un cinquième du capital de départ, soit 10 milliards de dollars, tandis que d'autres préfèrent un financement en fonction du poids économique de chacun.

Des pays puissants

La Chine est la deuxième économie mondiale et le Brésil, la septième. La Russie occupe la 9e position, devant l'Inde, et l'Afrique du Sud est au 29e rang.

Les pays de la zone BRICS regroupent 43 % de la population mondiale et génèrent 17 % des échanges commerciaux.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !