•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pétrole en Gaspésie : Attention ! Travaux en cours !

Radio-Canada

Comme le pétrole qui suinte parfois de la roche sur la pointe de péninsule, les rêves d'or noir hantent la Gaspésie depuis de nombreuses années. C'est en Gaspésie que fut foré le premier puits de pétrole au Québec. On a beaucoup cherché, mais peu trouvé.  La donne pourrait changer bientôt.

Au Québec, les développements technologiques conjugués à un prix du baril de pétrole plus élevé ont relancé la course à l'exploration vers le milieu des années 2000.

En fait, presque tous les droits miniers d'exploration et d'exploitation d'hydrocarbures de l'ensemble du territoire de la Gaspésie et de l'est du Bas-Saint-Laurent ont été acquis durant cette période par une dizaine de compagnies dont les plus connues sont Pétrolia et Junex. Ce sont aussi les compagnies dont les travaux de forage sont les plus avancés et les seules qui ont réussi à extraire du pétrole ou du gaz du sous-sol gaspésien.

L'évaluation du potentiel pétrolier gaspésien reste très préliminaire. Dans la plupart des cas, il s'agit de ressources estimées, les compagnies étant toujours en phase exploratoire. Le gros des travaux a été jusqu'à maintenant réalisé à l'extrémité est de la péninsule, dans le secteur de Gaspé. C'est aussi là que les promesses d'exploitation commerciale ont le plus de chances de se concrétiser.

D'ailleurs, jusqu'à présent, le seul bail d'exploitation en vigueur au Québec a été accordé à Junex pour le puits Galt, près de Gaspé.

Au Québec, les droits de propriété pour l'exploration et l'exploitation d'hydrocarbures sont valables pour cinq ans et renouvelables pour une autre période de cinq ans. Ces droits coûtent 10 ¢ l'hectare par année pour les cinq premières années et 50 ¢ pour les cinq suivantes. Des travaux statutaires annuels sont aussi obligatoires. En phase d'exploitation, un bail de 20 ans comme celui que détient Junex au puits Galt coûte annuellement 2,50 $ l'hectare.

Pétrolia

Pétrolia détient les droits d'exploration en Gaspésie sur un vaste territoire qui s'étend de la pointe de la Gaspé, entre Rivière-au-Renard et Grande-Rivière, jusqu'à l'arrière-pays des Méchins à la frontière du Bas-Saint-Laurent.

Page web de la compagnie Petrolia

Page web de la compagnie Petrolia

Sur la pointe de Gaspé, l'entreprise a entrepris des travaux sur trois propriétés soit Tar Point, Bourque et Haldimand. Cet automne, Pétrolia a complété une série de travaux sur la propriété Bourque qui lui laisse croire que le gisement pourrait contenir plus de 100 millions de barils de pétrole dans deux importantes zones de réservoir d'une épaisseur de plus de 300 mètres chacune et qui s'étendent sur 2 km entre le puits Bourque no 1 et Bourque no 2.

La compagnie est par contre plus connue pour les travaux entrepris sur sa propriété de Haldimand, au puits no 4, près de la Ville de Gaspé. Le gisement est évalué à 200 millions de barils de pétroles. En raison des caractéristiques du gisement, l'entreprise estime le potentiel exploitable de la propriété à 7,7 millions de barils.

Cet hiver, l'entreprise n'a pu entreprendre comme prévu ses travaux de forage au puits Haldimand no 4 à la suite de l'adoption par la Ville de Gaspé d'une réglementation sur la protection des sources d'eau potable. Pétrolia soutient toutefois être à Haldimand pour y rester.

D'après Pétrolia, Haldimand no 4 constitue la clé pour comprendre l'accès au pétrole gaspésien.

Junex

La compagnie Junex a été créée en 1999 par Jean-Yves Lavoie, ingénieur pétrolier, à l'emploi de la Société québécoise d'initiatives pétrolières (SOQUIP) de 1974 à 1980 et par Jacques Aubert un ancien haut dirigeant de Cascades et ancien président de SOQUIP.

Junex détient 669 235 hectares, soit 34 propriétés, sous permis d'exploration dans le bassin sédimentaire gaspésien. Hormis la propriété Galt, située sur la pointe de Gaspé, l'ensemble des propriétés de Junex se trouve au nord de la péninsule, de Sainte-Anne-des-Monts à Rivière-au-Renard, et au sud, de Pabos jusqu'à Carleton-su-Mer.

Au départ, partenaire de Pétrolia à 36 % dans l'exploration de la propriété Haldimand, l'entreprise s'est départie de ses droits en 2011 pour un montant de 3,1 millions de dollars.

Junex a d'abord effectué des travaux de forage en 2007 dans le secteur de Paspebiac. Cependant, les résultats n'ont démontré aucun réservoir suffisamment important pour envisager une exploitation commerciale.

L'entreprise s'est alors tournée vers sa propriété Galt, qui avait déjà fait l'objet de travaux d'exploration par la SOQUIP.

Junex dit avoir pompé tout près de 10 000 barils d'hydrocarbures au cours des dernières années à partir des puits Galt no 1, Galt no 2 et Galt no 3 près de Gaspé. Selon l'entreprise, les ressources pétrolières récupérables sur le permis de Galt seraient de l'ordre de 20 millions de barils. Pendant un certain moment, au début des années 2000, Junex a extrait commercialement du gaz naturel du puits Galt no 1.

Junex détient un intérêt de 50 % dans le permis de Galt no 4, situé à environ 2,5 km à l'ouest des autres puits Galt, l'autre 50 % étant détenu par Gestion Bernard Lemaire. Elle assumera toutefois 100 % des coûts du prochain forage, jusqu'à maintenant Galt no 4, qui est le sixième forage que Junex effectue sur sa propriété, a nécessité des investissements d'environ 4 millions de dollars. Pour qu'une production commerciale soit rentable, il faudrait que Junex puisse extraire de 200 à 500 barils par jour.

Gastem

gastem

Gastem est une société d'exploration et de mise en valeur pétrolières et gazières située au Québec, créée en 2002. Gastem est dirigé par Raymond Savoie, qui a été ministre des Mines, de 1985 à 1989, et du Revenu, de 1990 à 1994, sous le gouvernement de Robert Bourassa.

Gastem compte une douzaine de propriétés en Gaspésie, concentrées au sud-est de la Baie-des-Chaleurs, soit de Carleton-sur-Mer à Ristigouche-Sud-Est. Gastem possède aussi d'autres droits d'exploration au Bas-Saint-Laurent, dans le secteur de la rivière Causapscal, au cœur de la Matapédia. Au total, l'entreprise détient des droits sur 440 000 hectares de terres situées dans les Basse-Terre du Saint-Laurent, en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine.

En 2009, l'entreprise a cédé à Pétrolia sa part de 10 % des droits d'exploitation de la propriété Haldimand.

L'entreprise a fait des approches auprès de la population de Saint-Léon-Le-Grand en 2011 pour lancer des travaux d'exploration dans le secteur. Toutefois, peu de citoyens se sont montrés réceptifs. Malgré l'assurance de Gastem qu'il s'agissait de forage conventionnel, cette proposition est tombée au plus fort du débat sur la fracturation hydraulique et l'exploitation du gaz de schiste dans les Basse-Terre du Saint-Laurent. L'entreprise a finalement renoncé à ces projets qui auraient nécessité une entente avec Marzcorp Oil ans Gas qui détient aussi des droits dans le secteur.

Gastem ambitionnait de forer un puits au printemps 2013 dans la municipalité de Ristigouche-Sud-Est. Cependant, la compagnie a été rattrapée par la controverse sur l'encadrement légal des forages à proximité de résidences et de sources d'eau potable déclenchée par les intentions de Pétrolia de forer le puits Haldimand no 4 à Gaspé. L'entreprise projetait d'investir 3,5 millions de dollars dans ces travaux exploratoires.

Abba Québec ressources/Mundiregina Resources Canada

Municipalité Les Méchins, en Gaspésie

Les Méchins, en Gaspésie

Photo : Municipalité Les Méchins

Les entreprises ABBA Quebec Resources/ Mundiregina Resources Canada possèdent des droits sur des propriétés situées entre celles de Pétrolia et de Junex, au nord-ouest de Chandler, dans le secteur des monts Alexandre. Le reste des propriétés du groupe est situé dans l'arrière-pays de la Baie-des-Chaleurs, à une cinquantaine de kilomètres de la côte, entre Carleton-sur-Mer et Pointe-à-la-Croix. Ces partenaires détiennent aussi d'autres droits d'exploration sur des terres situées le long du littoral entre Cap-Chat et Les Méchins. Jusqu'à maintenant cette entreprise a surtout procédé à des levés sismiques et des analyses en laboratoire. En novembre 2009, elle a complété un forage d'exploration, le Mont-Alexandre nº 1, d'une profondeur de 1625 mètres. Ce type de forage est effectué pour relever des données sur la géologie, et non dans l'espoir de produire du pétrole.

L'entreprise indique avoir déjà investi 6 millions en recherche sur le terrain. Abba Québec Resources a fait connaître à l'automne 2012 son intention de forer trois ou quatre puits conventionnels en mai 2013. Les investissements prévus sont estimés à 15 millions de dollars.
Marzcorp Oil and Gas.

Cette entreprise de Calgary ne détient aucun permis en Gaspésie administrative, mais a mis la main sur la majorité des droits d'exploration de la Matapédia ainsi que sur ceux des terres situées entre Méchins et Matane. Au total, elle détient des droits sur plus de 375 000 hectares.

Une évaluation géologique réalisée en mars 2011 par l'entreprise a permis de repérer quatre sites prometteurs pour l'exploitation du pétrole. Dans la foulée, Marzcorp Oil and Gas a annoncé l'embauche un opérateur de forage à l'automne 2012

Pétrolympic

Pétrolympic est une petite entreprise qui détient deux terrains, un tout près de Val-Brillant, et l'autre au nord de la rivière Patapédia. L'entreprise se dit à la recherche d'un partenaire pour forer un puits près de Sainte-Irène. Cet emplacement a été choisi pour tester la présence de pétrole léger. La propriété, selon Pétrolympic, montre de nombreuses similitudes avec le puits Galt et la propriété de Haldimand. Petrolylmpic détient 30 % des droits de propriété détenus par Énergie Resources Squatex (70 %) dans la Matapédia.

Energy Resources Squatex 

Squatex est une société d'exploration pétrolière et gazière qui détient actuellement un intérêt résiduel de 70 % dans 36 permis de pétrole et gaz totalisant 656 093 hectares situés dans la région du Bas-Saint-Laurent et Gaspésie et dans la région des Basse- Terre du Saint-Laurent. Les propriétés de Squatex sont surtout situées au Bas-Saint-Laurent entre Rivière-du-Loup et Rimouski. Petrolympic et Squatex ont procédé à des échantillonnages géologiques en 2010 puis à des forages exploratoires au printemps 2011, dans la formation de Sayabec. De la présence d'huile légère a été détectée. De nouveaux sites de forages ont été repérés. Les partenaires se sont entendus à la mi-septembre 2012 pour effectuer un premier carottage sur les terres de la municipalité de Sainte-Jeanne-D'arc, dans la Mitis.

X-Terra Resources Corporation

gaz de chiste

En Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, X-Terra Resources Corporation détient trois permis qui s'étendent de Matane jusqu'à Sainte-Flavie, Fondée en 1987, en Colombie-Britannique, la compagnie a déménagé son siège social à Rouyn-Noranda en 2008. Elle détient aussi 50 % des droits d'exploitation d'hydrocarbures sur 13 propriétés principalement situées dans l'arrière-pays de Rimouski et de Trois-Pistoles. Son partenaire, Browstone Venture, est une entreprise d'investissements miniers.

Selon le rapport géologique du projet Rimouski, déposé en mars 2011 à la suite de travaux réalisés en septembre 2010, des indices de réservoirs de gaz dans des formations géologiques similaires à celle des Basse-Terre du Saint-Laurent (Utica) ou celle d'Anticosti (Macasty) ont été repérés sur une superficie de près de 40 000 hectares situés au nord de la ville de Rimouski.

Stelmine

Stelmine est une petite société minière qui détient depuis 2008 des droits de propriété sur 34 000 hectares d'un terrain près des Méchins, bordé par Pétrolia au sud et Resources Mundiregina au nord. Aucun forage pétrolier n'a encore été effectué jusqu'ici sur ces terrains par la société cotée en bourse. La compagnie cherche un partenaire financier pour explorer le potentiel de sa propriété.

Richard-Marc Lacasse

Richard-Marc Lacasse possède des droits d'exploration sur deux propriétés dans la Baie-des-Chaleurs, au nord-est de celles de Gastem. M. Lacasse est président notamment de l'entreprise minière Graniz Mondal et vice-président aux finances de Ditem Explorations, une compagnie d'exploration minière dont le président est Raymond Savoie, président de Gastem.

Société