•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Corée du Nord menace de frapper les États-Unis

En avril 2012, un drapeau nord-coréen se dresse avant le déploiement de missiles lors d'une parade militaire.

En avril 2012, un drapeau nord-coréen se dresse avant le déploiement de missiles lors d'une parade militaire.

Photo : AFP / Ed Jones

Radio-Canada

La Corée du Nord a mis ses unités stratégiques de missiles et ses unités d'artillerie à longue portée en ordre de combat afin de mener d'éventuelles frappes contre des cibles militaires américaines, une menace prise « très au sérieux » par Washington. 

L'agence officielle nord-coréenne KCNA a indiqué que ce déploiement est une réaction à de nouveaux vols jugés menaçants de bombardiers américains B-52 au-dessus de la péninsule coréenne.

Les cibles évoquées sont l'île de Guam, Hawaï et le continent américain.

« Le commandement de l'Armée populaire coréenne va mettre en position de combat n°1 toutes ses unités d'artillerie, dont ses unités de missiles stratégiques à longue portée, qui viseront tous les éléments ennemis des bases impérialistes américaines sur le continent, à Hawaï et à Guam », ainsi qu'en Corée du Sud, écrit KCNA.

Cette nouvelle menace a été prise « très au sérieux » par les États-Unis, qui se sont dits « prêts à répondre à toute éventualité ».

« Nous sommes préoccupés par toute menace brandie par les Coréens du Nord. Nous prenons très au sérieux tout ce qu'ils disent et font », a réagi le porte-parole du Pentagone, George Little, précisant que Washington est prêt à défendre son territoire et la Corée du Sud.

La Maison-Blanche estime que « la rhétorique belliqueuse et les menaces de la Corée du Nord suivent un modèle destiné à accroître les tensions et à intimider les autres », a affirmé son porte-parole Jay Carney, pour qui cette nouvelle bravade « s'inscrit dans ce modèle ».

Menaces et tensions

La Corée du Nord a déjà menacé de lancer une attaque nucléaire contre les États-Unis et la Corée du Sud. Malgré le tir réussi le 12 décembre dernier d'une fusée, considérée par la Corée du Sud et ses alliés comme un missile balistique, les experts ne pensent pas que la Corée du Nord dispose de missiles équipés de charges atomiques capables de frapper le continent américain.

Hawaï et Guam seraient aussi hors de portée des missiles de moyenne portée conçus par la Corée du Nord, qui pourraient cependant atteindre les bases situées au Japon et en Corée du Sud.

La semaine dernière, Pyongyang avait menacé de s'attaquer aux bases américaines au Japon et à Guam, pour répliquer aux vols de bombardiers au-dessus de la Corée du Sud.

Les tensions dans la péninsule coréenne sont à leur plus haut niveau en trois ans. Un essai nucléaire le 12 février, le troisième réalisé par la Corée du Nord, a entraîné de nouvelles sanctions de l'ONU et des menaces de représailles de la part de Pyongyang.

Les nouvelles menaces de Pyongyang sont survenues quelques heures après que la nouvelle présidente de la Corée du Sud, Park Geun-Hye, eut prévenu le régime nord-coréen que « le seul chemin vers la survie » résidait dans l'abandon de ses programmes nucléaire et balistique.

« Encore maintenant, la Corée du Nord menace notre sécurité nationale », a ajouté la présidente lors d'un discours prononcé à l'occasion du troisième anniversaire du naufrage d'une corvette sud-coréenne, torpillée par Pyongyang selon Séoul. L'incident avait causé la mort de 46 marins sud-coréens. Pyongyang a toujours nié en être responsable.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

International