•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Unité 9 : quand la réalité rejoint la fiction

Geneviève Proulx

Des enseignants en Techniques d'intervention en milieu carcéral du Cégep de Thetford Mines se servent de l'émission Unité 9 pour former de futurs gardiens de prison. L'univers carcéral de la série diffusée à Radio-Canada est devenu un nouvel outil pédagogique depuis l'automne dernier.

L'enseignante et criminologue Geneviève Custeau soutient que ce volet de son cours suscite un grand d'engouement auprès des enseignants. « Au début de l'année, quand j'ai proposé qu'Unité 9 devienne un devoir chaque semaine, ils ont embarqué dans le projet. Ils suivent l'émission religieusement chaque semaine, puis on revient en classe pour faire un retour et voir la réalité par rapport à la fiction », explique-t-elle.

Pour les étudiants, la possibilité d'avoir un contact avec leur futur métier de façon hebdomadaire semble un apport inestimable. « Je trouve que ça donne une bonne vue d'ensemble et ça prouve que c'est pas seulement du monde qui reste assis, qui ouvre et qui ferme des portes. On est vraiment là pour aider ces gens et leur donner une possibilité de revenir en société comme n'importe qui d'autre », croit Alexandra Boulanger.

« Moi, je trouve ça vraiment intéressant, car ça nous permet d'en apprendre plus sur le milieu carcéral et les gens de l'extérieur, qui n'ont pas beaucoup de connaissances, apprennent aussi. Ça nous permet également de voir des erreurs qui se font dans ce tournage par rapport aux connaissances que l'on a », explique un autre étudiant, David Bentamy.

Malgré le réalisme du scénario, certaines erreurs se glissent ici et là estime l'enseignante Geneviève Custeau. « J'ai moi-même une expérience du milieu et maintenant une expérience aussi au niveau fédéral par la supervision de stages. Je peux voir ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. Donc, je transmets à mes étudiants ma propre expérience par rapport à Unité 9, ce qui fait du sens et ce qui n'en fait pas. »

Une scène de l'émission Unité 9 présentée à Radio-Canada

Outre son utilité pédagogique, Unité 9 crée un réel effet d'entraînement au Cégep de Thetford Mines d'où sortent une vingtaine de finissants chaque année. « Ça a un impact direct sur le nombre d'appels qu'on a de la part d'étudiants qui désirent s'inscrire dans le programme. Il y a aussi beaucoup de curiosité auprès de la population générale. Beaucoup de gens interpellent nos étudiants, qui sont toujours en uniforme, et leur demandent si la télésérie correspond à la réalité », soutient la conseillère pédagogique au Cégep de Thetford Mines, Kathy Morin.

Selon le Cégep, le taux de placement de ces futurs gardiens de prison avoisine les 100%.

Pour ceux qui croient avoir la vocation, le Cégep de Thetford Mines organise une soirée d'information le 16 avril prochain.

Estrie

Justice et faits divers