•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa surprend Kitimat avec l'annonce de la nationalisation de son port

vue aérienne du port de Kitimat

Le pipeline Northern Gateway se rendrait jusqu'à Kitimat, en C.-B.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La mairesse de Kitimat a été surprise cette semaine par la nouvelle qu'Ottawa avait l'intention de nationaliser le port situé dans sa municipalité.

Joanne Monaghan ne comprend pas pourquoi elle n'a pas été consultée par Ottawa avant l'annonce, lundi, de la nationalisation du port.

Le port de Kitimat a toujours été privé et est actuellement géré par la compagnie Rio Tinto Alcan, qui n'aurait pas non plus été informée des intentions du gouvernement fédéral avant l'annonce.

L'information était contenue dans un petit paragraphe parmi une série de mesures annoncées par le ministre des Ressources naturelles Joe Oliver, lundi à Vancouver, pour améliorer la sécurité des pétroliers.

La mairesse de Kitimat ne sait pas encore quelles seront les conséquences d'un tel changement pour sa communauté, mais le tout l'inquiète. Ses efforts pour en apprendre plus sont demeurés infructueux pour l'instant.

La porte-parole de Rio Tinto Alcan, Claudine Gagnon, explique que la compagnie tente d'évaluer les impacts de l'annonce sur son exploitation de Kitimat. Entre autres, la nationalisation du port pourrait entraîner des coûts de transport plus importants pour l'entreprise.

D'après un reportage de Saïda Ouchaou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !